Les carnets de Cerise T4 – Joris Chamblain & Aurélie Neyret

Image22


Ecris l’histoire – Grégory Lemarchal

Madame la dessinatrice, monsieur le scénariste,

J’ai trouvé ce tome différent des autres. En effet, même si une enquête reste l’intrigue principale, je trouve que vous vous êtes plus concentrés sur Cerise. Tout comme le dernier tome mettait en avant un fil rouge, chose que nous n’avions pas avant, ce tome-ci met en scène un changement et se concentre d’avantage sur les personnages. Après la réussite qu’a été pour moi la mise en place d’une intrigue plus principale au tome 3, je ne pouvais qu’apprécier cette suite et cette évolution de la série. De plus, j’aime voir évoluer les liens entre la mère et la fille. J’ai beaucoup aimé le manoir où se déroule ce tome. Son histoire, son cachet, ses secrets… Il m’a envouté. Les dessins ont beaucoup contribués à cette appréciation, ils permettaient de rendre compte du charme du manoir. Une autre chose que j’ai beaucoup appréciée, bien que je me sois attachée à la beauté graphique de ce tome, c’est le message apporté. La curiosité et les manigances de Cerise ont souvent été jugées mauvaises dans les tomes précédents et j’ai aimé que ce tome montre que les adultes sont tout aussi en proie à ces défauts.

Merci madame la dessinatrice et monsieur le scénariste, il me tarde d’en apprendre plus sur le passé de Cerise.

un-coquillage-dans-le-sable

Les carnets de Cerise T3 – Joris Chamblain & Aurélie Neyret

Image21


Maybe this Christmas – Ron Sexsmith

Madame la dessinatrice, monsieur le scénariste,

J’ai beaucoup apprécié ce tome-ci. J’ai trouvé que vous faisiez vraiment évoluer les aventures de Cerise. J’aime les histoires indépendantes et autonomes de chaque tome car cela permet d’avoir une nouvelle histoire à chaque fois. Ce format me plait et je le trouve cohérent avec le personnage de Cerise : elle va au bout d’une de ses enquêtes et vole vers une nouvelle. Cependant, les tomes semblaient vraiment détachés c’est pourquoi, je suis très satisfaite que vous ayez intégré un fil conducteur. De plus, ce choix permet de creuser un peu plus le personnage de Cerise et les liens avec son entourage. En  effet, Cerise était peu développée en comparaison des personnages qui étaient au centre du tome. L’histoire de ce tome m’a touchée, j’ai aimé le personnage central et son univers. Comme toujours, j’ai aimé l’implication de Cerise, sa curiosité et son émerveillement. J’ai trouvé les couleurs douces et agréable, en accord avec la saison hivernale.

Merci madame la dessinatrice et monsieur le scénariste. Vous avez fait un choix qui m’a beaucoup plu.

belle-lecture-sous-les-voiles

Nous les menteurs – E. Lockhart

Image20.png


La nuit je mens – Alain Bashung

La nuit je mens – Alain Bashung

Madame l’écrivaine,

Comment parler de votre livre sans trop en dire ? J’ai tout simplement été bouleversée, vous avez fait jaillir les larmes sans que je ne puisse les contrôler. Le renversement final est à couper le souffle. Je ne m’y attendais pas et pourtant votre intrigue est rudement menée. L’histoire m’a beaucoup plu, et ce dès le début, malgré votre style bien particulier que j’ai eu du mal à suivre quelque fois. Mais à votre écriture, j’y reviendrai plus tard. L’intrigue s’est prolongé jusqu’aux derniers chapitres, sans que jamais je n’effleure, ne serait-ce que du bout des doigts, le dénouement. Je me suis rapidement attachée à l’île et aux menteurs. Jimmy, Mirren, Gat et Cady sont tous les quatre des personnages hauts en couleurs. Ils sont à la fois si différents et si semblables. Ils se démarquent par rapport aux adultes en proie à la société de consommation. Ils observent, rêvent, idéalisent. Et malgré tout, ils ont conscience des problèmes que provoquent l’argent et l’envie. Ils vivent dans monde riche et illusoire mais ne sont pas les proies que l’argent convoite. Et pourtant…

Votre écriture m’a rapprochée de Cady. Les difficultés que j’ai parfois éprouvées à la comprendre, non pas dans le sens moral mais bien dans le sens littéraire, ne faisaient que me rapprocher d’elle. Plus d’une fois, je me suis faite surprendre par les métaphores employées. Plus d’une fois, j’ai voulu enfin comprendre et savoir. Ces incompréhensions me rendaient dans la même situation qu’elle, perdue dans des souvenirs qu’elle essayait de retrouver. J’essayais de trouver avec elle l’accident de l’été quinze. Et lorsque j’ai senti que la fin était proche, je n’ai pas pu lâcher votre livre avant que je sache enfin. Comme Cady, je me raccrochais à cette vérité que j’avais tant cherchée tout au long du roman.

Merci madame l’écrivaine, votre roman est époustouflant.

coeur-ocean

Mémoires d’une pirate – Celia Rees

Image19.png

 


Santiago – Hugues Auffray

Santiago – Hugues Auffray

Madame l’écrivaine,

J’avais très envie de lire une histoire de pirates, pleine d’aventures et de rebondissements. J’aime beaucoup les récits de femmes pirates, bien que j’aimerais en lire un du point de vue masculin un jour, car je les trouve riches en péripéties. En effet, leur posture au sein de tous ces hommes, leur obligation de se travestir, et leur réaction face à la violence des pirates m’intéresse toujours. Au début de ma lecture, je me suis posée quelques questions en voyant qu’à la moitié du livre, l’aventure et les pirates n’étaient toujours pas au rendez-vous. Lorsqu’ils sont finalement fait leur apparition, j’ai alors été plongée dans leurs périples fou de la mer des Caraïbes jusqu’aux côtes africaines. Je ne peux pas dire que la première partie m’ait ennuyée car j’ai beaucoup aimé suivre sa vie en Angleterre puis en Jamaïque. La situation et la présentation m’ont parue longues mais elles n’en étaient pas moins inintéressantes. Toutefois, j’étais très contente lorsque Nancy a pris la mer. Que d’aventures ! Je ne me suis pas spécialement attachée aux personnages, qui étaient pourtant bien développé pour une histoire essentiellement basée sur l’aventure, mais ce n’était pas dérangeant. J’ai apprécié la petite romance qui plane tout au long de l’intrigue, elle n’était pas envahissante et ajoutait juste un peu d’amour à cette histoire très mouvementée. Elle agissait comme un petit fil rouge tout au long de l’intrigue. Autre fil rouge, l’intrigue du Brésilien. Très présente au début, j’ai eu peur qu’elle soit oubliée au fur et à mesure des aventures bien qu’elle réapparaisse comme écho. Finalement, j’ai été satisfaite. Un dernier mot sur votre écriture : je l’ai trouvé simple et parfois très crue. Certaines scènes étaient vraiment peu ragoutantes et j’ai vraiment été dérangée par certains détails. Le style était très réaliste.

Merci madame l’écrivaine, je me suis sentie pirate.

belle-lecture-sous-les-voiles

Simple – Marie-Aude Murail

Image18.png


Yalla – Calogero

Yalla – Calogero

Madame l’écrivaine,

J’ai été attirée par Simple juste après ma lecture de Oh boy ! et je les ai presque enchainés, ce qui a suscité divers liens entre vos deux livres dans mon esprit. Cependant, je n’ai jamais été tentée de les comparer. Ce sont deux textes totalement différents même s’ils ont tous deux un thème fort. J’ai beaucoup aimé suivre la vie bien mouvementée de Simple. J’ai trouvé ses petits monologues intérieurs et ses discussions avec Pinpin touchant et m’ont fait sourire. Simple est attachant. A la lecture, le paradoxe entre ses trois et vingt-deux ans ne s’est pas vraiment ressenti. Parfois, la maladie de Simple fusait comme un éclair dans mon esprit avant de s’envoler pour laisser la place à un enfant curieux, débordant d’énergie et plein d’amour. Rien que pour ça merci. Le sujet pourtant fort ne pousse pas au larmoyant, mais porte étonnamment à sourire grâce à la fraicheur des personnages. J’ai beaucoup apprécié Simple bien sûr, qui porte tout le récit, mais aussi Enzo qui a joliment évolué. Je le pensais beaucoup plus individualiste mais son cœur s’ouvre peu à peu au contact de Simple. Je me suis aussi surprise à m’attacher à M. Villedieu que je croyais très froid. Finalement, je me suis très vite rendue compte que les personnages s’adoucissaient au contact de Simple, qu’ils devenaient très vite plus compréhensifs, doux et qu’ils prenaient le temps de vivre et de profiter. Bien sûr, il y a eu quelques exceptions à ce changement, et j’ai trouvé que cela révélait la peur que peut engendrer l’inconnu parfois. J’ai aussi remarqué la légère absence de Kléber. En effet, la difficulté delà maladie reste tout de même présente, par l’abandon du père, la fatigue de Kléber et les difficultés que peuvent rencontrer les personnages.

Merci madame l’écrivaine, de donner tant d’espoir sans omettre la vérité.

belle-lecture-sous-les-voiles

Annie Sullivan & Helen Keller – Joseph Lambert

Image17.png


Voir un ami pleurer – Jacques Brel

Monsieur l’écrivain,

J’ai beaucoup aimé le format de votre bande-dessinée. Les cases presque toutes de la même taille traduisent bien la monotonie du quotidien dans laquelle nous sommes plongés. Cependant, bien loin de moi l’idée d’en déduire que votre œuvre est monotone. Ceci est totalement faux. Cette succession de petites cases découpent très bien l’action et l’étire pour la montrer dans les détails. Ces détails sont vraiment important puisque pour Helen, tout est nouveau, tout est important. J’ai trouvé que ces petites cases qui découpaient l’action, qui révélaient les émotions des personnages, ces cases qui parfois auraient pu être combinées mais que vous avez choisi de séparer, étaient en accord avec le monde que découvrait Helen. J’ai moi aussi découvert un univers que je ne connaissais pas et cette manière de le présenter m’a permise à la fois de me sentir proche d’Helen et de prendre conscience de son handicap. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié les premières cases et la façon dont vous avez rendu compte de l’handicap de la petite fille. La voir évoluer et grandir au travers du dispositif que vous avez mit en place était touchant. Le passé d’Annie refaisant surface en parallèle à l’histoire que vivent la préceptrice et l’enfant est bien amené, intéressant et jamais au détriment du présent.

L’histoire et les personnages m’ont touchée. J’ai beaucoup aimé la relation de confiance et d’amitié qui se tisse peu à peu entre Annie et Helen. Les difficultés qu’elles rencontrent et qu’elles surmontent toutes les deux montrent l’évolution de leur relation. J’ai rapidement trouvé Annie très attachante, malgré sa dureté envers Helen. J’étais parfois choquée par ses choix mais je la comprenais et sa réussite montre que les erreurs qu’elle a effectuées étaient nécessaires pour lui permettre de comprendre les réactions de l’enfant. Au début, j’ai eu quelques difficultés à m’attacher à Helen. C’est un personnage très sanguin, solitaire, réservé et j’ai eu du mal à la cerner. De plus, j’ai trouvé qu’elle avait un visage toujours très figé, qui ne divulguait pas ses émotions. Mais au fur à mesure des leçons d’Annie, je me suis rapprochée d’Helen tout comme Annie le faisait. Et j’ai beaucoup aimé cette sensation qu’Helen évoluait vraiment. J’ai réellement ressenti cette évolution. De plus la soif d’apprendre d’Helen révèle l’importance du langage, qu’il soit parlé ou signé, pour comprendre le monde et l’appréhender, et j’ai beaucoup aimé cet aspect.

Merci monsieur l’écrivain. Je dois vous avouer une chose : je n’ai pas compris la fin. Mais votre bande-dessinée et si belle que je n’ai pas été déçue.

un-coquillage-dans-le-sable

Hunger Games – Suzanne Collins

Image16


Loterie – FAUVE

Madame l’écrivaine,

Autant vous annoncer tout de suite que j’ai dévoré votre roman. Je m’attendais à un roman riche et puissant, et je peux vous rassurer, je n’ai pas été déçue. L’histoire m’a transportée. De la première page jusqu’à la dernière phrase, j’ai avalé les mots, suspendue au livre sans pouvoir m’arrêter. Je n’ai ressenti aucune lenteur alors que le moment tant attendu des jeux en eux-mêmes tarde à arriver. J’étais même surprise d’avoir autant lu sans que ce moment ne fasse son apparition. Cela m’a surprise car je ne ressentais aucune longueur et je n’avais pas l’impression que le temps était étiré. Pourtant, le temps est exploité de façon étrange, tantôt allongé, tantôt raccourci. Mais je ne me suis aperçue de cela que bien après ma lecture, ce qui prouve que ce n’est absolument pas dérangeant. J’ai aimé le moment des préparations, la rencontre avec les différents personnages, avec Katniss aussi. J’ai beaucoup apprécié le point de vue interne qui m’a permise d’être plus proche avec Katniss, alors que je ne la comprenais pas toujours. J’étais triste de quitter cette partie du récit mais une fois les jeux lancés, j’étais, là encore, complètement dans l’action. Le rythme est effréné et l’action est prenante. J’étais toujours dans la course, et j’ai beaucoup aimé les moments un peu plus calmes qui permettaient à Katniss de développer ses émotions.

Comme je le disais plus haut, je n’ai pas toujours compris ce personnage, j’étais même parfois en profond désaccord avec elle mais je ne l’ai pas détestée. Elle ne m’a pas agacée. Je pense que le récit à la première personne y est pour beaucoup car ses souvenirs sont souvent très touchant mais c’est aussi la complexité du personnage qui m’a séduite. Elle est intelligente, franche, et très réfléchie. Son rapport aux autres est difficile mais lorsque l’affect s’en mêle, elle fait preuve de beaucoup d’authenticité. Elle est perdue face à ses sentiments et son rapport à l’autre ce qui fait d’elle un personnage plus naturel et convaincant. J’ai beaucoup aimé Rue et Peeta. Je les ai trouvé très touchant, chacun très sensible à leur manière. Ils permettaient de ramener un peu de douceur à la dureté du propos. En effet, le sujet est difficile et la mort est complètement banalisée. C’est un aspect qui aurait pu me déranger mais c’est quelque chose de tellement logique dans la mentalité du Capitole que j’ai trouvé que le lecteur était ainsi mis au même niveau que le personnage, face au mur.

Merci beaucoup madame l’écrivaine, votre roman est haletant.

coeur-ocean

Oh boy ! – Marie-Aude Murail

Image15.png


Boys don’t cry – The Cure

Madame l’écrivaine,

Oh, boy ! a été un véritable ascenseur émotionnel. Je ne m’attendais pas à avoir le cœur tant serré et le sourire aux lèvres de si nombreuses fois. Les émotions sont clairement au rendez-vous dans votre roman sans qu’elles ne paraissent forcées. Je me suis sentie réellement touchée par l’histoire de ces trois orphelins. Je ne m’attendais certainement pas aux évènements qui révélés au fur et à mesure de l’histoire. Vous m’avez beaucoup surprise. Vous avez touché à tant de sujets si difficiles, si complexes, si personnels. Vous vous affranchissez sans gêne des tabous et j’ai trouvé que vous révéliez la vie dans sa dureté sans pencher de façon inquiétante dans le larmoyante. Vos personnages donnent de la fraicheur à votre récit difficile. J’ai été profondément touchée par Bart, Venise et Siméon. Je me suis rapidement attachée à eux, ce sont des personnages émouvant mais toujours très drôle et ils m’ont fait beaucoup sourire. Par contre, j’ai peu été attachée à Morgane, timide et solitaire, que j’ai trouvée très effacée. C’était bien sûr en accord avec son caractère mais j’aurais aimé la voir un peu plus, la voir grandir et gagner en autonomie, elle qui est toujours présentée comme l’ombre de son frère. Cependant, je l’ai toujours plus appréciée que Josiane que je n’ai vraiment pas aimée.

Votre style m’a beaucoup plu. Votre écriture est simple mais retranscrit bien les émotions et fait passer du rire aux larmes. J’ai beaucoup aimé votre façon d’intituler les chapitres, certains m’ont fait beaucoup sourire et d’autres m’ont fait comprendre certains choix. J’ai été portée par vos mots et je me sentais intégrée dans la fratrie, quémandant les bisous de Venise, discutant de livres avec Siméon et Morgane, taquinant Bart.

Merci madame l’écrivaine. Vous m’avez prouvé que même dans les moments les plus difficiles, il faut garder espoir, un sourire n’est jamais loin.

un-coquillage-dans-le-sable

Vango T2 – Timothée de Fombelle

Image13.png


Goodbye Stranger – Supertramp

Monsieur l’écrivain,

J’avais tellement hâte de savoir ce qui allait arriver à Vango que j’ai rapidement enchainé sur le tome 2 de ses aventures. J’avais encore à l’esprit tout l’univers, les personnages et je voulais absolument avoir le fin mot de l’histoire. Il faut avouer que vous êtes très doué pour ménager un suspens insoutenable. Avec toutes ces histoires entremêlées, l’esprit est tout le temps sollicité pour essayer -vainement- de trouver LA réponse. Lorsque je dis vainement, ce n’est pas de façon péjorative, mais simplement pour illustrer la manière que vous avez de créer à tous vos personnages une histoire qui leur est propre. C’est cette singularité, qui les définit, qui m’a permise d’être constamment surprise. Cela leur permet aussi d’acquérir une certaine authenticité. Ils ne sont pas plats, fades et sans couleurs. Chacun à sa petite part d’ombre, son secret caché, ses états d’âmes. J’ai l’impression de me répéter entre le premier et le second tome, mais ne m’en veuillez pas, c’est simplement que vos deux tomes sont totalement égaux. Il n’y en a pas un en-dessous de l’autre. A la fin du premier tome, certains sujets commencent tout juste à s’éclaircir et le second tome arrive toujours à nous révéler des choses auxquelles on ne s’attendait pas.

Pourtant, à un moment, je dois avouer que j’ai eu un peu peur. J’ai ressenti quelques lenteurs, j’avais du mal à me plonger totalement dans le livre. Cependant, je sentais que l’intrigue me tenait toujours en haleine et que j’étais toujours très attachée aux personnages. Je pense que c’est parce que je me suis directement plongée dans la suite des aventures de Vango, dès que j’avais finit le tome 1. Enchainer directement sans pause m’a peut-être ralentie dans la poursuite de ma lecture, mais une fois cette première étape passée, j’ai dévoré la suite de votre roman. Et bien qu’il me tardait de finir le livre pour enfin savoir, une fois refermé, je n’avais envie que d’une chose, c’était d’y retourner.

Merci monsieur l’écrivain, encore une fois le voyage était parfait.

coeur-ocean

Décroche-moi la lune – Sarah Dessen

Image12.png


Maria – Ricky Martin 

Madame l’écrivaine,

Je dois tout d’abord vous présenter mes excuses. Je ne suis pas allée au bout de votre livre. J’ai été perdue pendant un temps, ne sachant que faire face à votre livre : poursuivre ma lecture et la laisser s’enfoncer dans un mauvais sentiment ou l’abandonner et passer à autre chose ? Après une longue réflexion durant laquelle je me suis accrochée, j’ai finalement décidé de laisser de coté votre livre. Pourtant, en débutant ma lecture, je savais à quoi m’attendre. Le résumé n’est pas trompeur, il promet un triangle amoureux adolescent et une jeune fille complètement perdue. Je pensais que je me laisserais gentiment porter par cette romance et que j’en ressortirais légère, rêvant de soleil, d’été et d’amour. Finalement, tout ne s’est pas passé comme prévu. Pourtant, ma lecture commençait bien, j’ai beaucoup aimé le cadre et la petite vie au camp de vacances. L’ambiance me plaisait, les personnages étaient agréable, je m’y croyais, sirotant un verre près de la piscine. Puis Théo est arrivé et tout à capoté. Je l’ai trouvé détestable, et j’ai trouvé qu’il entrainait avec lui Emaline, pour qui je n’avais déjà pas beaucoup d’affection au départ. Les autres personnages me sont apparus comme fades, et j’ai eu du mal à m’y intéresser. Et puis surtout, c’était long. J’étais à un bon tiers du livre que j’avais toujours l’impression d’être au début. Je nageais dans les sentiments d’Emaline, et j’avais l’impression qu’elle serait toujours perdue. En vérité, vous m’en voyez désolée, mais je me sentais comme embarquée dans une histoire qui n’en finirait pas, comme lorsqu’un de vos amis vous raconte pour la dix-neuvième fois qu’il n’arrive pas à choisir entre Stacy et Clara, et vous savez qu’il va vous parler de ça pendant toute la nuit et qu’Oh malheur, il n’est que 1h37. J’ai eu cette sensation désagréable, qui m’a poussée à me spoiler copieusement pour savoir si je ne passais pas à coté de quelque chose, si un évènement n’allait pas tout changer. Mais rien n’y a fait, je n’ai pas réussi à accrocher.

J’ai voulu tester un genre dont je n’ai pas l’habitude, je ne lis que très peu de livre qui se basent seulement sur une romance. Je pense que l’absence d’action et d’évènements en parallèle m’a perdue. Peut-être que c’était un peu trop ambitieux et qu’il faudrait que je commence par lire des romances avec une action en fond, quelque chose qui me tienne en haleine et qui me pousse à vouloir savoir la fin.

Merci madame l’écrivain. Je suis profondément désolée, votre livre me faisait envie mais il n’était certainement pas fait pour moi.

requin