Alice de l’autre côté du miroir – James Bobin

Image30.png


Just like fire – P!nk

Just like fire – P!nk

Monsieur le réalisateur,

J’étais très heureuse de retrouver Alice et le Chapelier dans des aventures toujours aussi folles. Comme le premier film, celui-ci ne manquait pas de péripéties et de rebondissements. Dans l’ensemble, j’ai été séduite par le scénario et si au début, j’avais un peu peur que le Chapelier soit un peu absent – je pense qu’il aurait été dommage de se priver du si bon jeu de Johnny Depp – j’ai remarqué que grâce aux voyages dans le temps, cette absence ne se faisait pas tant ressentir. Je n’ai pas grand chose à dire sur le scénario, si ce n’est que j’ai beaucoup apprécié l’idée du voyage dans le temps. Retourner dans le passé de ce monde imaginaire m’a permis de voir à quel point un monde, tout aussi imaginaire et fantastique soit-il, a des ficelles qui lui permettent de bien fonctionner. Plus qu’une suite du premier Alice, j’ai vu votre film comme un retour sur le premier, permettant d’éclairer des zones d’ombres, de mieux développer vos personnages et de leur donner une profondeur. En effet, j’ai trouvé que vos personnages étaient plus travaillés, renfermant des secrets dans leur enveloppe de folie. J’ai beaucoup aimé le personnage du Temps, j’ai trouvé toute la mécanique du personnage grandiose, aussi bien au sens propre qu’au sens figuré. J’ai trouvé intéressant que la relation entre la Reine Blanche et la Reine Rouge soit expliquée et que leur passé commun soit approfondi. Enfin et surtout, j’ai aimé les changements d’Alice. Je l’ai trouvée grandie, et comme le fait remarquer le Chapelier, grandir peut être le synonyme de perdre l’innocence de son enfance, ce qui peut être malheureux. Et lorsqu’Alice retrouve la folie du pays des merveilles, elle en ressort plus mature, comme si la folie et le rire étaient essentielles à l’apprentissage.

Outre vos personnages très bien travaillés, j’ai apprécié les images, bien que je n’ai pas trop trouvé l’intérêt de la 3D. Les designs de la maison du Chapelier, du repère du Temps ou des ruelles du passé étaient éblouissants. L’univers d’Alice est à la fois si différent et si homogène. Tout est unique mais tout se rassemble. Et j’ai trouvé que faire une diversité si étrange mais si liée était formidable.

Merci monsieur le réalisateur, votre film est indissociable du premier.

4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s