A ce stade de la nuit – Maylis de Kerangal

Image58.png


Lampedusa – Christophe Maé

Madame l’écrivaine,

Je ne peux pas réellement dire que j’ai lu votre livre. Non, je l’ai plutôt picoré. Certains passages lus par mon professeur en atelier d’écriture, les autres savourés durant le temps de flottement entre écriture et lecture. Je ne sais pas si c’est la meilleure manière de le lire, mais c’est une manière que j’ai beaucoup appréciée. Je pense qu’elle se prête à votre façon d’écrire, comme sur le motif. Mon professeur aime beaucoup les fantômes, j’ai cru comprendre que vous aussi. Lampedusa provoque en vous une nuée de fantômes en tout genre. Vos fantômes. Que vous partagez gracieusement avec nous. Votre style pourrait faire penser à un exercice d’écriture mais je ne l’ai pas ressenti comme tel. J’ai aimé votre écriture, votre choix des mots, la sensibilité et la douceur qui s’en dégageait. A ce stade de la nuit est un petit bijou de souvenirs condensés. Je ne saurais dire quel est le sentiment qui m’a envahi mais malgré les débuts difficiles du sujet, je le suis sentie bien. J’avais l’impression de vous connaître et de partager vos divagations au cours de la nuit.

Merci madame l’écrivaine, il règne une fragilité dans votre livre, écrit sur les lignes de la nuit.

un-coquillage-dans-le-sable

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s