Bleu saphir – Kerstin Gier

Image64.png


Chanson bleue – Édith Piaf

Madame l’écrivaine,

Après le tome 1, j’ai rapidement eu envie de lire la suite de la Trilogie des gemmes. Ce deuxième tome me parait légèrement au-dessus du premier. Effectivement, j’ai été contente de voir que les sauts dans le temps étaient plus fréquents. Pour moi, ils sont au cœur de votre trilogie et il est important de les exploiter au maximum. Dans Bleu saphir, l’intrigue est toujours très bien menée. Je dois cependant avouer que je ne sais pas où vous voulez nous mener. Grâce aux prologues et aux épilogues, je pense bien avoir une saisi quelques détails mais je n’arrive pas à démêler le sens des indices que vous disséminez. J’ai d’ailleurs ressenti quelques lenteurs parfois lorsque je me sentais trop mise à l’écart. Malgré tout, vous savez quand relancer l’action pour ne pas que ces moments de flottement durent trop.

Au niveau des personnages, j’ai l’impression de ne pouvoir me fier qu’à Gwendolyn. Tout le monde me parait suspect, sauf peut-être Xemerius qui apporte beaucoup d’humour et de relativisme. Je trouve que les personnages qui gravitent autour du duo sont trop peu développés. Ils manquent un peu de saveur et j’ai l’impression que beaucoup font l’office de figurants. Même certains personnages clefs manquent de charisme et j’ai du mal à les différencier des uns des autres. Je trouve cela dommage car cela ralenti la lecture. Toutefois, l’intrigue est assez solide pour me convaincre de continuer. J’apprécie beaucoup le sujet et je pense que c’est le point fort de votre roman.

Merci madame l’écrivaine, il me tarde d’avoir les réponses à toutes ces questions, j’espère que le troisième tome réunira la puissance de l’intrigue et la qualité des personnages.

un-coquillage-dans-le-sable

Notre-Dame de Paris – Victor Hugo

Image63.png


Le Temps des Cathédrales – Bruno Pelletier

Monsieur l’écrivain,

Comme beaucoup aujourd’hui je pense, je me suis lancée dans la lecture de votre roman avec pour seul filet l’adaptation de Disney. Autant vous dire que ça ne m’a pas vraiment aidée, ou alors seulement pour sourire des transformations opérées. Malgré le fait que je savais que votre roman était un éloge à la grande cathédrale de Paris, je pensais que le récit serait beaucoup plus présent. Au début, j’ai vraiment été déroutée par la présence si faible de l’histoire. La petite histoire est sans cesse entremêlée avec la grand Histoire et c’est elle qui prend le dessus. J’ai énormément appris en vous lisant. Votre écriture est poétique mais elle est légère et n’est pas difficile à suivre. Le style est empreint d’humour et la lecture se fait assez facilement. Malgré tout, j’ai été parfois submergée par le flot incessant d’informations. Je me sentais engloutie par toutes ses références que je ne connaissais pas et je décrochais parfois lorsque je me sentais trop en deçà de vos références intellectuelles et culturelles. J’étais frustrée et en colère contre moi de ne pas tout comprendre.

Heureusement, même si elle est peu présente, l’histoire m’a permis de m’accrocher et de poursuivre ma lecture. Et puis, je l’avoue, c’était aussi un peu par fierté personnelle. Plusieurs récits s’entrecroisent et même s’il est parfois difficile de les joindre tous entre eux, le lien est bien évidemment très bien fait. Tout est écrit en prévoyance de la suite et rien n’est laissé au hasard. Mais bien sûr, on ne peut pas douter de vous sur la qualité de vos écrits. C’est pourquoi je vais m’adonner à un jugement plus personnel sur les personnages. J’ai été incroyablement surprise. Ils ont tant de profondeur ! Je suis certaine que vous seriez amusé de voir le côté manichéen du dessin-animé. J’ai beaucoup apprécié Gringoire qui est le personnage le plus fidèle à ses principes finalement. Je n’ai pas trouvé qu’Esméralda est une grande saveur, je pense que son intérêt réside plus dans la situation qu’elle apporte que dans son développement. La plus grande surprise m’a été octroyée par Frollo. J’ai été étonnée de ressentir de l’empathie envers lui. Il a une si grande palette d’émotion que j’avais l’impression qu’il allait se matérialiser devant moi. Je l’ai tantôt aimé, tantôt détesté, parfois compris… C’était pour moi impensable d’être aussi attachée à ce personnage et pourtant, vous l’avez fait.

Merci monsieur l’écrivain, je suis triste de ne pas avoir eu le bagage nécessaire pour toujours vous suivre mais je suis heureuse d’avoir lu votre roman et connaître enfin la véritable histoire.
 
P.S. Bruno Pelletier est notre Gringoire. Cela doit vous surprendre mais j’espère que vous appréciez.

petite-vague

Les Animaux fantastiques – David Yates

Image62.png


New York New York – Franck Sinatra

Monsieur le réalisateur,

Je ne vous cache pas la joie que j’ai ressenti en entendant les premières notes dans la salle de cinéma. Bien sûr, l’idée d’un nouvel Harry Potter vous séduit dès que l’idée semble possible. Pourtant, je suis allée voir votre film sans attentes particulières. Bien sûr, j’avais envie d’y retrouver tout ce que j’y avais aimé, mais je savais pertinemment que Les Animaux fantastiques étaient le début d’un renouveau. Alors j’ai apprécié les nombreux clins d’œil mais je suis contente que vous n’ayez pas essayé de tout calquer sur les précédents films. Le scénario s’adapte parfaitement cette idée et J.K. Rowling a réussi à garder l’aura de son univers sans tomber dans la nostalgie. Avec un univers sombre, peut-être même d’avantage que dans les derniers Harry Potter, on vise un public plus âgé et l’évolution qu’on pouvait noter dans la saga se poursuit avec ce préquel. J’ai vraiment aimé que l’histoire se déroule dans les Etats-Unis des années 20. On découvre une nouvelle société de sorciers, méconnue jusque là, et l’époque donne beaucoup de cachet au film. Pour ce qui est du scénario en lui-même, j’ai aimé que les différentes intrigues se rejoignent, je trouve que cela permet d’avoir une diversité d’émotions avec des moments comiques lors de la chasse aux animaux échappés et des moments sérieux lors des recherches du MACUSA sur les phénomènes étranges. De plus, cela octroie un bon rythme au film et l’esthétique est déployée à son maximum.

Je trouve les acteurs très bien choisi, notamment Eddie Redmayne et Dan Fogler qui sont excellent. J’émet un peu de réserves sur Tina qui reste assez discrète, un peu dans l’ombre de sa pétillante sœur, et même si le personnage veut ça, je trouve dommage d’avoir si peu de souvenirs de la performance de Katherine Waterson. En revanche, Jacob et Norbert forment un duo parfait, décalé et drôle. J’ai adoré Norbert qui est un personnage très attachant. J’ai aimé ses maladresses et son côté un peu gauche qu’il parvient toujours à contrer grâce à ses aptitudes et son calme face à toutes les situations. Je trouve que c’est le personnage principal idéal : pas absolument imbattable, maladroit mais intelligent et futé. Dans l’ensemble, les autres personnages sont très bien travaillés, je pense notamment à Graves dont le charisme est impressionnant.

Merci monsieur le réalisateur, vous avez réussi à démarquer Les Animaux fantastiques d’une saga qui reste dans l’esprit de tout le monde.

5

Rouge rubis – Kerstin Gier

Image61.png


My plug in baby – Muse

Madame l’écrivaine,

Après plusieurs hésitations, je me suis finalement décidée à me lancer dans Rouge rubis. J’avais peur que l’histoire soit trop axée sur la vie de Gwendolyn au lycée et même si l’intrigue me plaisait bien, j’avais quelques réticences. Effectivement, j’ai ressenti parfois quelques lenteurs lors de ma lecture. Les passages au lycée m’ont assez ennuyée mais je dois avouer que l’idée générale m’a permis de poursuivre ma lecture plus facilement. La légère tension présente au début permet de donner du rythme au roman. J’ai beaucoup aimé l’ambiance qui règne chez Gwendolyn qui vit dans ce manoir un peu décalé de la réalité, comme conservé d’une autre époque. Mais ce qui m’a le plus plu, ce sont bien évidemment les voyages dans le temps. Bien que pour l’instant, je trouve qu’ils ne sont exploités qu’assez peu, j’ai adoré les préparatifs et les secrets autour des Veilleurs. La dernière partie, beaucoup plus riche en action, a finit de me convaincre et j’ai pu refermer le livre avec la certitude de lire la suite.

Cette envie de poursuivre la lecture a également été alimentée par les personnages. J’ai vraiment beaucoup apprécié Gwendolyn et Gideon. Malgré le fait que je trouve que les liens entre eux évoluent trop vite – je m’accommodais très bien de leurs piques incessantes qui étaient empreintes de beaucoup d’humour – j’apprécie qu’ils évoluent ensembles. Ils forment un duo parfait. Chez Gwendolyn, j’aime sa sensibilité et son sens de d’humour, chez Gideon, j’apprécie sa verve et son arrogance qui me fait beaucoup sourire. Je ne me suis pas vraiment attardés sur les personnages qui gravitent autour d’eux mais je pense que certains méritent d’être approfondis et j’espère retrouver James ou la vieille tante de Gwendolyn par exemple.

Merci madame l’écrivaine, malgré un début assez mitigé, j’ai finit par apprécier ma lecture plus que ce que j’attendais. 

belle-lecture-sous-les-voiles

Celle qui sentait venir l’orage – Yves Grevet

Image60.png


Les blessures qui ne se voient pas – Florent Mothe 

Monsieur l’écrivain,

J’ai été surprise par le thème de votre livre. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et la surprise a été bonne. L’environnement assez médical et l’ambiance étrange et malaisante m’ont beaucoup fait penser au Visage de Sara bien que l’histoire soit totalement différente. Votre roman est un livre d’ambiance, surtout dans la première partie. Il s’agit de celle que j’ai préférée car la situation est remplie de secrets, de cachoteries et de questions. On ne connaît pas vraiment Frida, on se doute que le docteur est un personnage louche et on ressent la pression. C’est trépident et j’avais une espèce de curiosité morbide à vouloir savoir ce qu’allait réserver le médecin à notre héroïne. C’est cette curiosité mal placée qui m’a fait ressentir le même sentiment que lors de ma lecture du livre de M. Burgess. Vous avez une tel aisance à décrire des actes effroyables, votre écriture se fait presque scientifique à ces moments-là, épousant parfaitement les instants d’horreurs. Malgré les propos qui peuvent se faire crus, je tiens à souligner que vous préservez tout de même le lecteur afin que la lecture soit juste dérangeante sans être glauque. Pour moi, c’était le juste milieu parfait.

Passé cette première partie auprès de personnages aux allures de savant fou, j’ai abordé la deuxième partie avec un peu plus de réticences. J’étais très heureuse d’apprendre plus de la vie de Frida qui est un personnage qui m’a totalement passionnée. C’est une fille incroyablement courageuse, indépendante et intelligente. Elle est très agréable à suivre car malgré son sang-froid quasi-constant, elle montre parfois ses faiblesses. Toutefois, l’ambiance pesante qui me plaisait beaucoup est devenue beaucoup plus sûre même si la menace reste bien présente. De plus, je n’ai pas trouvé que l’arrivée des nouveaux personnages amenait une nouvelle dynamique. Le récit restait agréable à suivre mais il me manquait cette tension du début, cette menace constante. Je ne me suis pas réellement attachée à ces nouveaux personnages et bien que les premiers étaient affreusement fous, ils m’intriguaient et me passionnaient d’avantage. En revanche, j’ai beaucoup apprécié le dénouement qui est riche.

Merci monsieur l’écrivain, votre livre m’a vraiment fait frémir devant cette histoire de savant fou.

belle-lecture-sous-les-voiles