Notre-Dame de Paris – Victor Hugo

Image63.png


Le Temps des Cathédrales – Bruno Pelletier

Monsieur l’écrivain,

Comme beaucoup aujourd’hui je pense, je me suis lancée dans la lecture de votre roman avec pour seul filet l’adaptation de Disney. Autant vous dire que ça ne m’a pas vraiment aidée, ou alors seulement pour sourire des transformations opérées. Malgré le fait que je savais que votre roman était un éloge à la grande cathédrale de Paris, je pensais que le récit serait beaucoup plus présent. Au début, j’ai vraiment été déroutée par la présence si faible de l’histoire. La petite histoire est sans cesse entremêlée avec la grand Histoire et c’est elle qui prend le dessus. J’ai énormément appris en vous lisant. Votre écriture est poétique mais elle est légère et n’est pas difficile à suivre. Le style est empreint d’humour et la lecture se fait assez facilement. Malgré tout, j’ai été parfois submergée par le flot incessant d’informations. Je me sentais engloutie par toutes ses références que je ne connaissais pas et je décrochais parfois lorsque je me sentais trop en deçà de vos références intellectuelles et culturelles. J’étais frustrée et en colère contre moi de ne pas tout comprendre.

Heureusement, même si elle est peu présente, l’histoire m’a permis de m’accrocher et de poursuivre ma lecture. Et puis, je l’avoue, c’était aussi un peu par fierté personnelle. Plusieurs récits s’entrecroisent et même s’il est parfois difficile de les joindre tous entre eux, le lien est bien évidemment très bien fait. Tout est écrit en prévoyance de la suite et rien n’est laissé au hasard. Mais bien sûr, on ne peut pas douter de vous sur la qualité de vos écrits. C’est pourquoi je vais m’adonner à un jugement plus personnel sur les personnages. J’ai été incroyablement surprise. Ils ont tant de profondeur ! Je suis certaine que vous seriez amusé de voir le côté manichéen du dessin-animé. J’ai beaucoup apprécié Gringoire qui est le personnage le plus fidèle à ses principes finalement. Je n’ai pas trouvé qu’Esméralda est une grande saveur, je pense que son intérêt réside plus dans la situation qu’elle apporte que dans son développement. La plus grande surprise m’a été octroyée par Frollo. J’ai été étonnée de ressentir de l’empathie envers lui. Il a une si grande palette d’émotion que j’avais l’impression qu’il allait se matérialiser devant moi. Je l’ai tantôt aimé, tantôt détesté, parfois compris… C’était pour moi impensable d’être aussi attachée à ce personnage et pourtant, vous l’avez fait.

Merci monsieur l’écrivain, je suis triste de ne pas avoir eu le bagage nécessaire pour toujours vous suivre mais je suis heureuse d’avoir lu votre roman et connaître enfin la véritable histoire.
 
P.S. Bruno Pelletier est notre Gringoire. Cela doit vous surprendre mais j’espère que vous appréciez.

petite-vague

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s