Hunger Games T3 – Suzanne Collins

Image54.png


Et dans 150 ans – Raphaël

Madame l’écrivaine,

J’avais très envie de me replonger dans l’univers des Hunger Games et enfin savoir le sort qui était réservé aux personnages. Ce troisième tome promettait de nombreux retournements et beaucoup d’action. Il est vrai qu’à ces niveaux, je n’ai pas été déçue. Si le rythme est assez lent au début, à cause du nouvel environnement dont la description m’a brièvement rappelée celle du Mont Weather dans Les 100, il finit par devenir bien plus soutenu comme à son habitude. Les retournements de situation sont assez incroyables, la menace pèse sur tous les personnages, invisible mais bien présente. J’ai vraiment apprécié que le danger ne soit pas seulement présent que pour des personnages avec un intérêt assez limité. Cependant, j’ai trouvé que les évènements tristes n’étaient pas assez développé et qu’on les oubliait assez facilement. Alors oui, c’est la guerre, il y a des pertes mais je pense qu’un peu plus de sentiments n’auraient pas été de refus.

Malgré tous ces bons points, il s’agit du tome que j’ai le moins aimé. Je l’ai trouvé légèrement décousu, sûrement à cause de l’absence de Jeux qui avait une organisation précise à laquelle je m’étais habituée. Cela m’a un peu décontenancée mais je n’ai pas était trop dérangée. En revanche, je n’ai pas pu faire abstraction du comportement de Katniss. Autant j’ai trouvé que Peeta avait un rôle intéressant et novateur, autant Katniss m’a agacée de nombreuses fois. Son indécision et son impulsivité, qui avait pu faire son charme dans les premiers tomes, étaient de trop pour moi cette fois-ci. J’ai même eu l’impression que certaines fois, l’héroïne prenait des accents d’anti-héros. Je me suis sentie d’avantage proche de Gale qui met le doigt sur des choses essentielles, notamment sur le caractère de Katniss, et est fidèle à lui-même. J’ai beaucoup aimé qu’il soit plus présent dans ce dernier tome parce que son rôle avait un réel intérêt de médiateur tout en étant campé sur ses positions.

Merci madame l’écrivaine, ce tome reste d’une importance notable. Malgré ses petits défauts, comme l’épilogue dont je n’ai pas relevé l’intérêt, il reste très bon et clôt la saga avec une grande réussite.

un-coquillage-dans-le-sable

Star Wars VII – J. J. Abrams

Image1.png


Rey’s Theme – John Williams

Monsieur le réalisateur,

C’est avec un avis très mitigé que je me suis rendue au cinéma voir votre film. J’avais peur de trop attendre d’un film qui m’avait marquée lors de mon enfance. Parce que oui, Star Wars a marqué plusieurs générations et c’est ce qui augmente la difficulté de recréer autour de lui un engouement si sensationnel. Alors oui, j’avais peur que vous gâchiez un peu tous les souvenirs que j’avais de Luke Skywalker, Dark Vador et maître Yoda. Cependant, j’avais très envie de voir moi aussi. Voir ce que vous, vous aviez gardé de cette saga et ce que vous aviez décidé d’en faire. Je dois dire que rester sur ses a priori n’est pas bon. J’ai bien fait d’écouter la petite voix curieuse qui m’a poussée à voir Star Wars VII. Simplement découvrir le défilement les lettres jaunes si connues en trois dimensions était déjà magique. Parce que cela voulait dire simplement que tout recommençait. J’ai trouvé le travail de la 3D très réussi. Je ne voulais pas voir le film en 3D parce que cela me donne mal à la tête. Je peux vous dire que je ne regrette pas d’avoir eu mal à la tête ce soir-là. Cela en valait tout simplement la peine. Voir les vaisseaux me passer à côté en m’effleurant presque les oreilles était une expérience vraiment intéressante. Vous avez réussi à me plonger dans le film. L’action est très prenante dès le début et les plans sont choisis pour vous donner l’impression de faire partie du décor. Les décors et costumes sont d’ailleurs magnifiques et reprennent bien l’esthétique de l’univers de Georges Lucas. Je suis peut-être un peu triste de ne pas retrouver les jolis macarons de Leïa qui arbore une coiffure plus sage. Ce changement est toutefois en accord avec l’avancé des personnages qui ont pris de l’âge.

J’ai d’ailleurs été heureuse de retrouver tous les personnages forts. Je trouve que les reprendre et poser sur des bases solides une nouvelle quête est bien plus judicieux que de ne faire reposer l’histoire que sur un univers déjà établi. Certains déplorent la tournure cyclique que prennent les événements. Certes, je l’ai notée. Mais je ne pense pas qu’elle soit à blâmer. En effet, cette forme nous permet de nous y retrouver et la nouveauté repose essentiellement sur les nouveaux acteurs et ce qu’ils ont à apporter. De plus, cela permet une amorce aux prochains épisodes. Il ne faut pas oublier que l’action se passe trente ans plus tard, il faut donc réenclencher des mécanismes essentiels. Les acteurs nouveaux acteurs principaux m’ont globalement convaincue. J’ai trouvé Rey et Finn parfait dans leur rôle. Je me suis rapidement attachée à Finn à cause de son côté un peu maladroit et le caractère fort de Rey m’a séduite au fur et à mesure que j’en apprenais plus sur elle. Vous avez réussi à retravailler le coté attachant des robots avec BB-8. J’ai un avis plus mitigé sur Kylo Ren. Je n’ai pas trouvé qu’il avait la carrure d’un grand méchant. Je l’ai même trouvé presque attachant. J’ai bien dit presque. Vous savez. Cependant, en y réfléchissant un peu, je me dis que cette hésitation qu’il dégage peut rester cohérente. Son histoire peut expliquer ses faiblesses et j’attends de voir l’évolution de ce personnage avec impatience.

Merci monsieur le réalisateur. Vous n’avez pas brisé mes rêves d’enfant. Vous les avez renforcés.

5