La 5ème vague – J. Blakeson

Image72.png


Alive – Sia

Monsieur le réalisateur,

A la fin du film, je me suis sentie dans une situation de perplexité intense. Et je dois admettre qu’encore à présent, je ne sais pas vraiment comment me positionner face à votre film. J’avais adoré le roman de Rick Yancey et forcément cette appréciation joue sur ma réception du film. Pourtant, je n’y allais pas avec des à priori, et je pense être plutôt ouverte à l’adaptation. En résumé, je ne pense pas que le livre est toujours mieux : je pense qu’il y a deux œuvres distinctes avec un travail différent et évidemment des changements opérés. Toutefois, avec votre film, c’est plus compliqué. Premièrement, j’ai été surprise de voir que le film faisait moins de deux heures. Avec 600 pages, je pense qu’il était fondamental que le film soit un peu plus long. Et effectivement, j’ai vraiment été déçue de l’adaptation. Je trouve dommage que vous survoliez simplement l’action majeure. J’imagine bien que l’adaptation est un travail difficile, mais j’ai vraiment eu du mal à apprécier l’histoire dans son ensemble. Les personnages ne sont pas ou très peu travaillés, je pense que j’aurais eu du mal à m’y attacher si je n’avais pas lu le roman, l’histoire est trop survolée et les explications s’enchainent sans qu’on est véritablement eu le temps de se poser des questions.

Malgré tout, je dois avouer que je ne peux pas détester votre film. Il y a beaucoup d’action, c’est bien une chose qu’on ne peut pas lui enlever, et même si c’est parfois trop pour pouvoir retranscrire l’ambiance mystérieuse que j’avais tant aimé dans le roman, cela permet au film d’avoir une bonne dynamique. Mais ce qui, pour moi, a fait la force de votre film, c’est le choix des acteurs. Je les ai trouvé parfaits dans leur rôle.

Merci monsieur le réalisateur. Il est indéniable qu’il manque du temps à votre film mais vous avez tout de même réussi à me l’ancrer dans la tête.

3

La Belle Personne – Christophe Honoré

Image8.png


Elle était si jolie – Alain Barrière

Monsieur le réalisateur,

Je n’étais pas destinée à voir votre film. A dire vrai, je pense que si je ne l’avais pas vu en cours de littérature et cinéma, je ne l’aurai jamais vu. Je n’ai pas aimé La Princesse de Clèves, et même si après l’avoir étudiée, j’avais un peu moins d’indifférence pour cette histoire, je ne pense pas que je me serai tournée vers une adaptation. Cependant, votre film a été posé sur mon chemin, et ce n’est peut-être pas si mal finalement. J’ai trouvé que vous avez fait un joli travail de réécriture. Transposer une histoire qui se déroule en 1550, sous la Cour de Henri II et l’intégrer à notre époque, dans un lycée bourgeois parisien a du être un travail d’adaptation remarquable. J’ai aimé reconnaître les nombreuses références à l’œuvre originale et voir comment elles avaient été adaptées. Je dois avouer que l’histoire ne m’a pas parue plus intéressante, mais c’est peut-être du au fait que je la connaissais déjà et que je n’avais aucune affection particulière envers elle. Pourtant, vous avez réussi à me captiver. Le jeu d’acteur est puissant.

J’ai beaucoup aimé les interprétations de Léa Seydoux et Louis Garrel. Elle, est parfaitement dans le rôle de la jeune fille merveilleusement belle, fragile mais destructrice à la fois, mystérieuse, intouchable, presque détestable parfois à cause de cette incompréhension qui plane autour d’elle. Et lui, est sublime dans ce rôle de séducteur plein de charme, de professeur serviable et apprécié, d’homme fou amoureux. Je ne pensais pas que je m’attacherais à ce personnage que je trouvais trop séducteur, trop manipulateur au début mais la tendance s’inversait peu à peu et lorsque je commençais à me détacher de Junie, ne la comprenant vraiment plus, je commençais aussi à prendre en affection M. de Nemours. Il y a un beau jeu sur les personnages principaux. Cependant, les personnages secondaires sont des fantômes et je serai incapable de dire qui est qui. Malgré tout, je reste mitigée sur cet aspect fantomatique de ces personnages qui peut être attribué à l’environnement : au lycée, tous se ressemblent. Je n’ai perçu que très peu de relief. Je souligne tout de même l’effort de traiter l’homosexualité. C’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié car cela ajoutait un thème nouveau à l’œuvre originale, et cela a permis d’apporter un peu de ce relief qui me manquait. De plus, c’est une intrigue qui a été rajoutée de façon très subtile puisqu’elle sert directement à l’intrigue principale. Finalement, vous avez réussi à me surprendre, là où je m’y attendais le moins. Votre film ne m’a pas transcendée mais grâce au dès bon jeu d’acteur, je suis plutôt contente d’avoir découvert La Belle Personne.

Merci monsieur le réalisateur, vous m’avez joliment surprise.

3