Comme un frère – Françoise Jay

Image95.png


Mon frère – Maxime Le Forestier

Madame l’écrivaine,

L’amitié qui lie Lorenzo et Gaspard fait de votre roman une histoire très touchante. Ces deux personnages ont une telle authenticité qu’il est difficile de ne pas s’y attacher. Lorenzo est drôle, expansif et très bavard. A l’inverse, Gaspard a une douceur et une pudeur qui pourrait l’éloigner de Lorenzo. Mais cette différence n’altère pas leur relation et les rapproche d’une manière tellement naturelle que leur amitié en est d’autant plus touchante. Bien sûr, le contexte dans lequel ils se rencontrent joue sur cette sensibilité mais le cadre de l’hôpital n’est pas utilisé pour apitoyer le lecteur. C’est quelque chose de vraiment agréable parce qu’on est davantage prit par les émotions que véhiculent Lorenzo et Gaspard plutôt que par la situation.

J’ai malheureusement été un peu déçue par la fin que j’ai trouvé mignonne et assez bien préparée en y réfléchissant, mais j’aurais aimé une fin qui clôturait mieux l’amitié qui venait de se créer. Toutefois, il n’y a que sur ce point que ma curiosité n’a pas été assouvie. Malgré les nombreux non-dits, je n’ai pas ressenti de frustration parce que je ressentais l’humanité de vos personnages et je comprenais leurs silences.

Merci madame l’écrivaine, votre roman nous offre une belle amitié.

belle-lecture-sous-les-voiles

Lettres de l’intérieur – John Marsden

Image82.png


La lettre – Renan Luce

Monsieur l’écrivain,

J’ai eu beaucoup de chance de tomber sur votre livre par le plus grand des hasards, car je pense qu’il aurait très bien pu passer inaperçu à mes yeux. Et face à mon ressenti devant votre roman, cela aurait été bien dommage. Vous avez fait l’effet d’une petite bombe dans mon cœur. J’ai dévoré l’échange épistolaire entre Mandy et Tracey. A un moment, je me suis dit que cela serait amusant de lire chaque lettre avec le nombre de jours d’attente adéquat. Autant vous dire que je n’y ai pas pensé longtemps : amusant, oui, possible à effectuer pour moi, non. Je me suis rapidement attachée aux deux jeunes filles et à l’ambiance que j’ai vu qualifiée d’un peu « datée » par certains. Eh bien, je l’avoue, j’aime les ambiances un peu « datée ». Je me suis sentie submergée de nostalgie, comme si je retrouvais un échange auquel j’avais moi-même prit part.

Tout au long de la première partie, j’ai attendu avec impatience la révélation. Elle n’est certes pas très inattendue ou surprenante mais il règne une telle tension au fil des pages que je ne pouvais m’empêcher d’enchainer les lettres à la suite pour enfin savoir. Et lorsqu’arrive la seconde partie, l’intrigue ne retombe pas. Jusqu’à la fin, vous prenez le parti de ne pas ménager le lecteur. Je doute fort que vous ayez fait cela pour que l’on vous déteste en refermant votre livre (si c’est vraiment le cas, laissez-moi vous dire que c’est réussi). Avec l’absence de votre voix ou celle de tout narrateur, j’ai eu davantage l’impression que vous vous positionniez en simple intermédiaire entre les deux jeunes filles et le lecteur. Vous êtes totalement absent et vous ne nous donnez aucune clefs supplémentaires que celles qu’auraient pu réellement avoir Mandy et Tracey. Alors oui, je vous ai détesté pour ça, pour mon incompréhension à la fin du livre mais c’est ça qui fait la force de cet échange et qui rend Mandy et Tracey si vraies. Vous ne les faites pas vivre. Elles vivent, tout simplement.

Merci monsieur l’écrivain, votre livre va me hanter encore longtemps.

un-coquillage-dans-le-sable

L’élégance du hérisson – Muriel Barbery

Image50.png


Great American Novel – Max Jury 

Madame l’écrivaine,

Votre livre est une petite pépite. J’avais l’impression de manger un chocolat tout au long de ma lecture. Au vu du résumé, je ne pensais pas dire ça mais c’est un livre tellement drôle et réconfortant. Je ne sais pas comment d’écrire votre livre tellement il déborde d’originalité et de fraicheur. C’est un livre qui fait sourire, mais pas que. C’est un récit très intelligent avec des personnages très cultivés. Pourtant ça n’est pas élitiste ou prétentieux. Je sais qu’il y a des gens qui l’ont perçu comme cela mais pour moi il y a beaucoup d’autodérision malgré le fait que oui, c’est un livre intellectuel avec beaucoup de références. Vous avez su mêler humour et réflexion. Il est vrai que c’est assez stéréotypé mais vous riez et jouez de ces idées reçues.

J’ai beaucoup aimé les personnages même si j’avoue avoir eu une petite préférence pour Paloma et ses pensées. Je la trouve très touchante parce qu’elle une façon de voir le monde à la fois lucide et enfantine, elle a une maturité incroyable, une réflexion très poussée. Elle dégage une certaine assurance sans paraître vaniteuse. Elle est simplement elle. Renée est celle qui m’a le plus appris. Elle a une culture débordante. J’aurais aimé qu’il y est peut-être un peu plus de contacts entre les deux protagonistes principaux mais en même temps j’ai trouvé que c’était très bien comme ça. Il y a une proximité de leur esprit sans qu’elles ne s’en rendent compte. J’ai ressenti comme un parfum de nostalgie et d’ancien, alors que votre livre n’est pas spécialement vieux, et je pense que c’est Renée qui m’a véhiculé cette idée que j’ai trouvé très agréable.

Merci madame l’écrivaine, votre livre est magnifiquement beau, poétique et touchant.

livre-au-tresor

Roi de pique – Kat Spears

Image6.png


I don’t want to miss a thing – Aerosmith

Madame l’écrivaine,

Je pourrais reprocher à votre livre le manque d’intérêt qu’a suscitée l’intrigue pour moi. J’ai trouvé la romance plutôt banale, simple et peu intéressante. Le triangle amoureux m’a quelque peu ennuyée et je n’ai pas spécialement apprécié le personnage féminin, Bridget. Sa personnalité effacée m’est apparue comme fade. Pourtant, j’ai adoré votre livre. J’étais partagée entre ce sentiment, vous savez, lorsqu’on veut à tout prix se replonger dans un livre mais qu’un d’un autre côté, l’envie de le garder bien au chaud pour plus tard nous effleure l’esprit. Ce sentiment est un si bon signe dans l’appréciation d’un livre. Alors oui, j’ai craqué. J’ai dévoré votre livre malgré l’histoire qui ne m’intriguait pas. Et je pense que le tour de force de ce livre réside dans le personnage de Jesse. J’ai trouvé votre personnage principal parfait. Je pense qu’en vérité, dans la vraie vie, j’aurais détesté Jesse. La simplicité avec laquelle il mène la manipulation est affligeante. Il serait sûrement détestable en tout point. Mais je m’y suis terriblement attachée. C’est un personnage incroyablement intelligent, indépendant et mature. Sa sensibilité et sa fragilité m’ont touchée. J’ai été fascinée par la complexité de ce personnage. Je trouve qu’il tenait à lui seul tout le roman. Vous auriez pu développer n’importe quelle histoire autour de se personnage, je pense qu’elle aurait eu autant de force, simplement grâce au personnage principal. J’ai aussi beaucoup apprécié le petit frère de Bridget, Pete. J’ai trouvé que lui et Jesse faisait une sacré équipe. L’innocence de l’un contrastait bien avec l’expérience de l’autre. De plus, il permettait à Jesse de faire preuve d’une dimension humaine supplémentaire, une perspective déjà exploitée grâce au personnage de Joey, mais que j’ai trouvée plus frappante avec Pete.

Mon sentiment face à votre livre est réellement étrange. J’ai un avis décousu, peu construit et je ne peux pas faire autrement qu’écrire au fil des mots. Votre livre m’a vraiment fait quelque chose. Je ne peux pas dire qu’il m’a bouleversée, parce que je n’ai pas eu la gorge serrée, le cœur plein de larmes et l’estomac noué. Mais il m’a vraiment fait ressentir quelque chose. Pourtant il y a beaucoup de chose que je n’ai pas aimées. Même la fin m’a laissée perplexe. Mais Roi de pique dégage un truc, un machin, une chose inexplicable. Généralement, on annonce un coup de cœur parce que tout le livre nous a fait vibrer. Je ne peux pas l’expliquer mais, malgré les défauts, j’ai une petite voix au fond de moi qui me dit « ce livre est magnifique ». Alors même si je doute, même si je ne suis pas certaine lorsque j’y réfléchis, je peux dire que votre roman est magique. Au fond, je pense que le roman ne m’a pas bouleversée mais que Jesse l’a fait.

Merci madame l’écrivaine, de m’avoir fait ressentir tant de choses. Merci de m’avoir fait rencontrer Jesse.

coeur-ocean