Culottées T2 – Pénélope Bagieu

Image99.png


You don’t own me – Lesley Gore

Madame la bédéiste,

Encore une fois, j’ai adoré votre travail sur ces femmes aux destins si époustouflants. Je trouve le format BD excellent pour les mettre en scène. Vos dessins et votre humour se marient à merveille pour donner vie à ces petites biographies sur des femmes incroyables. Malgré les sujets parfois très difficile, vous arrivez toujours à nous faire sourire et même rire grâce à un humour bien dosé. J’ai énormément appris, j’ai été surprise, amusée, choquée, bouleversée… Vous mettez ces femmes à l’honneur et elles donnent du courage et de la volonté.

Merci madame la bédéiste, j’ai cru comprendre qu’il s’agissait du dernier et je dois dire que j’aurais encore pu découvrir des destins uniques avec plaisir.

un-coquillage-dans-le-sable

Publicités

La dernière BD avant la fin du monde – Damien Maric & Yigaël

Image92.png


Start me up – The Rolling Stones

Messieurs l’écrivain et le dessinateur,

Après le visionnage de La dernière série avant la fin du monde, je me suis empressée de lire votre bande-dessinée pour la découvrir avec les références encore en tête. Je suis vraiment contente de ne pas avoir cédé et d’avoir procédé dans cet ordre-là parce cela m’a permis de mieux comprendre certains passages et d’apprécier davantage certains clins d’œil. Votre bande-dessinée est effectivement très liée à la web-série et après mon avis sur celle-ci, je n’ai pu qu’en apprécier la suite logique. L’idée du scénario est intéressante, le retour dans le temps est amusant et les dessins de Yigaël se marie très bien avec l’univers geek. J’ai malgré tout une petite préférence pour la série que j’ai trouvée plus percutante avec son système cyclique.

Merci messieurs l’écrivain et le dessinateur, c’était très amusant de suivre vos aventures empreintes de culture geek.

belle-lecture-sous-les-voiles

Gainsbourg – François Dimberton & Alexis Chabert

Image87.png


Aux armes et cætera – Serge Gainsbourg

Messieurs l’écrivain et le dessinateur,

Je n’ai pas hésité face à l’idée de découvrir une biographie dessinée de Serge Gainsbourg, et pourtant, on ne peut pas dire que je sois une grande fan. Toutefois, c’est un personnage qui attire et intrigue par son caractère subversif et votre bande-dessinée rend bien toutes les facettes du personnage. J’ai aimé découvrir sa vie, notamment sa jeunesse sur laquelle je ne savais rien, à travers vos choix sur les épisodes qui vous ont semblé le plus important. Votre humour retranscrit bien le franc-parler et la gouaille de Gainsbourg. Cela rend la lecture vivante et cet aspect est renforcé par le fort style graphique. J’ai aimé ces dessins qui retranscrivent parfaitement l’univers de l’artiste.

Merci messieurs l’écrivain et le dessinateur, avec votre style original, vous m’avez donné envie de lire vos autres bande-dessinées biographiques.

belle-lecture-sous-les-voiles

« Y’aura sûrement un barge qui va faire une BD sur moi. » 3’22’’ : Serge Gainsbourg à propos de la bande-dessinée sur Antenne 2 (INA)

Café Budapest – Alfonso Zapico

Image85.png


Yesterday – The Beatles

Monsieur le bédéiste,

J’ai été touchée par votre bande-dessinée. Je me suis surprise a beaucoup aimé le contexte historique sur un sujet que je ne maitrisais pas. Vous m’avez donné envie d’en savoir plus. Le scénario mêle brillamment la mutation politique et le quotidien de cette famille au café Budapest. Le sujet est difficile mais vous n’hésitez pas à lui insuffler une dose d’humour et d’espoir à travers une histoire d’amour. J’ai apprécié votre style graphique, très signé, avec un caractère fort et une intensité dans le dessin.

Merci monsieur le bédéiste, votre bande-dessinée prône l’amour et la tolérance dans un monde empreint de violence.

belle-lecture-sous-les-voiles

Culottées T1 – Pénélope Bagieu

Image76.png


Dieu que c’est beau – Balavoine

Madame la bédéiste,

Votre bande-dessinée est une véritable bouffée d’air frais. Découvrir la vie incroyable de ses femmes incroyables était vraiment plaisant. Vous m’avez fait apprendre de nombreuses choses tout en m’amusant. Vos histoires sont courtes, amusantes et instructives. Malgré les sujets parfois difficiles et le destin tragique de certaines de ces femmes vous mettez beaucoup d’humour dans ces tranches de vie et c’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié. Bien sûr, j’ai eu mes « vies » préférées mais je dois sincèrement reconnaitre que ces femmes étaient toutes incroyables.

J’ai trouvé que vos graphismes et votre style se prêtaient bien à ce type de bande-dessinée. Dans California Dreamin’, j’avais un peu déploré l’aspect « inachevé » de vos dessins mais je n’ai pas eu cette impression ici. Je pense que vous m’avez convertie à votre style et j’en suis vraiment ravie.

Merci madame la bédéiste, pour m’avoir fait découvrir ces destins si singuliers.

un-coquillage-dans-le-sable

California Dreamin’ – Pénélope Bagieu

Image68.png


California Dreamin’ – The Mamas & the Papas

Madame la bédéiste,

J’avais entendu de nombreux avis positifs sur votre livre, et aimant beaucoup la chanson des Mamas & Papas, j’ai eu envie de découvrir votre bande-dessinée. J’ai d’abord été assez surprise de vos dessins qui donnent une impression d’inachevé mais j’ai fini par m’y faire et à apprécier le graphisme. Je trouve qu’il s’accorde très bien avec l’époque et le thème de la BD. Je ne m’attendais pas à grand chose en commençant votre livre, ce qui fait que, n’ayant pas d’attentes particulières, j’ai été réceptive à votre angle d’approche. Il est difficile de juger l’histoire d’une biographie étant donné qu’il s’agit de la vraie vie et que la vraie vie ne se prête pas toujours à un scénario fantastique. Malgré tout, je pense que vous avez choisi la bonne approche pour qu’il y est un véritable intérêt. J’ai appris des choses sur le groupe de façon très agréable. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ellen. Son extravagance est très attachante. D’une façon générale, tous les personnages sont attachants et vos dessins leur donnent beaucoup de relief. Ils sont parfaitement reconnaissables et vous avez su récupérer chez chacun un détail qui permet de l’identification.

Merci madame la bédéiste, j’ai beaucoup aimé votre travail et votre style graphique qui change de ce que je peux voir habituellement.

un-coquillage-dans-le-sable

Peau neuve – Élise Griffon

Image59.png


Maux d’enfants – Patrick Bruel ft. La Fouine

Madame la bédéiste,

Votre bande-dessinée n’est pas seulement un livre sur le naturisme et le harcèlement. Non, c’est une porte vers l’adolescence. Vous peignez ce stade de la vie avec une vérité majestueuse. C’est ce qui m’a le plus plu, votre manière de faire de l’anecdote une vérité. Le harcèlement est présent, c’est un des principaux sujet, mais il n’est pas envahissant. Il laisse de la place à la douceur, à la fragilité, à l’émotion. Et ceci est permis par les flash-backs. Je ne vais pas vous le cacher, ils ont été mes moments préférés. Suivre Laura dans son quotidien de vacances sur le bord de l’océan était reposant. C’est doux et fragile. C’est beau. Comment apprécier les abords froids et mornes du collège après ça. Le travail des couleurs collabore d’ailleurs à cet effet. Les couleurs des vacances sont chaudes et enveloppantes tandis que les couleurs de la ville sont d’un terne que seul le manteau rose de Laura parvient à trancher. Comme un signe annonciateur de sa différence. Dans une société qui condamne la différence, vous montrez  grâce au naturisme l’importance de s’accepter, le caractère primat de cette acceptation que l’enfant fait naturellement. Le message est fort mais la fin m’a laissée dubitative. Je l’ai trouvé peut-être un peu brusque et même si la dernière image est forte et illustre bien la délivrance et l’acceptation de soi, j’ai eu l’impression que ce bon en avant desservait un peu votre propos. Malgré tout, j’ai refermé le livre avec beaucoup d’affection pour Laura qui se trouve dans la spirale changeante de l’adolescence mais qui au fond reste elle-même.

Merci madame la bédéiste, votre livre a une douceur incontestée qui témoigne de la dureté de l’adolescence.

belle-lecture-sous-les-voiles

Confidences à Allah – Eddy Simon & Marie Avril

Image43.png


Déjeuner en paix – Stephan Eicher

Madame la dessinatrice, monsieur l’écrivain,

Je n’ai pas lu le roman de Sophia Azzeddine par conséquent, je ne sais pas ce qui en est adapté et ce qui fait parti d’une liberté artistique de votre part, cependant je trouve que c’est une très jolie œuvre. La discussion fragile et sensible entre Jbara et Allah. Cette conversation à un seul sens est au cœur du récit. Jbara parle sans cesse à Allah. Il l’écoute, il ne la juge pas, il la comprend. Cette relation est très touchante, il y a une tendre affection pour Allah et une relation paternelle avec lui. La narration confère une intimité proche entre le lecteur et Jbara. Cependant, le récit reste très cru, et les graphismes contribuent à cela. En effet, il n’y a aucune pudeur à décrire la vie telle qu’elle est, à la montrer et à l’assumer. Oui, Jbara parle à Allah et se prostitue. Oui, c’est vrai. C’est comme ça. Il est vrai que ce choix de ne rien cacher m’a un peu dérangée. C’est dérangeant. Mais c’est le but. Vous montrez la réalité.

Le récit pose plusieurs questions sur la religion et met en avant le rapport à la croyance. Est-ce légitime de croire alors que je vis dans le péché ? Jbara se pose ces questions et même si au départ, elle se cache derrière des excuses, elle finit par admettre ses torts. Il y a un très beau cheminement intérieur.

Merci madame la dessinatrice et monsieur l’écrivain. Vous touchez là où c’est important.

belle-lecture-sous-les-voiles

Les jours sucrés – Loïc Clément & Anne Montel

Image38.png


Ton héritage – Benjamin Biolay

Madame la dessinatrice, monsieur l’écrivain,

Comment commencer autrement que par exprimer la douceur de votre bande-dessinée ? C’est tellement mielleux et sucré qu’on a l’impression de plonger dans un pot de confiture. Cela pourrait être perçu comme péjoratif mais dans votre cas, c’est tant en accord avec l’univers que vous avez tissé autour de votre bande-dessinée. Pas d’actions ou de péripéties aventurières mais une quête d’identité, un retour aux sources qui sent la brioche dorée. Les personnages sont incroyablement attachants. La sympathie qu’ils dégagent se retrouve dans les lieux qui ont un aspect rassurant. J’ai beaucoup apprécié Gaël et Marronde. Lui, est très vivant, un peu enfantin avec des allures de galopin, elle, est d’un humour tordant. J’ai aimé l’évolution d’Eglantine, ses retours en enfance marqués par des dessins en noir et blanc, comme des souvenirs un peu vieillis. Apprendre son passé et découvrir avec elle les secrets de sa vie m’a beaucoup plu. On la voit changer peu à peu, passer du visage froid forgé par Paris au sourire retrouvé grâce à la douceur de Klervi.

Les dessins sont le reflet de la douceur du texte. Les traits sont doux et le soucis du réalisme n’est pas une priorité. Plutôt que de traiter la colère avec dureté, vous préférez la dépeindre avec humour, ce qui toutefois n’amoindri pas votre propos. J’ai aimé la mise en page, le fait que les cases n soient pas réellement définie, qu’il y est cette liberté d’arrêter la couleur où bon vous semble. La prise de parole des chats sur les pages de chapitres m’ont fait sourire, sourire que j’ai gardé en refermant votre livre.

Merci madame la dessinatrice et monsieur l’écrivain, un vent de douceur sucrée s’est abattu sur moi.

coeur-ocean

Une nuit à Rome T1 & T2 – Jim

 

Image34.png


Week-end à Rome – Etienne Daho

Week-end à Rome – Etienne Daho 

Monsieur le bédéiste,

Je n’ai pas pu dissocier vos deux tomes tant le premier promettait la venue du second. Si le premier installe le propos et présentent les personnages, j’ai trouvé que le second entrait d’avantage dans le sujet. Il contenait ce que j’attendais réellement de votre scénario. L’histoire m’a séduite dès la lecture de la quatrième de couverture. L’idée que deux personnes se promettent de se revoir 20 ans plus tard quoiqu’il arrive me paraissait vraiment prometteuse. En effet, je me suis directement plongée dans la vie de Raphaël et j’étais presque moi aussi confrontée au choix qu’il avait à faire. Dans quelle situation voulais-je le voir ? Bien sûr, j’attendais avec impatience les retrouvailles entre les deux amants. Le premier tome m’a paru un peu long et j’ai été déçue qu’il se finisse aussi vite mais finalement, il m’a permis d’apprécier d’avantage le second tome. J’ai beaucoup aimé les graphismes. Je n’ai pas spécialement trouvé les portraits magnifiques mais les expressions sont étonnamment retranscrites et les décors sont somptueux. L’esthétique générale offre vraiment une bande-dessinée belle et unique.

Raphaël et Marie sont très attachants. Leur histoire d’amour un peu compliquée, leur passion l’un envers l’autre refoulée leur donne un côté héros romantique des temps modernes. Votre histoire soulève la question de la fidélité mais sans stigmatiser une partie du couple. Votre vision est très respectueuse de l’humain, et ce des deux côtés. Vous ne blâmez pas, vous ne jugez pas. Vous rendez simplement compte de faits, vous racontez votre histoire avec tant de simplicité et d’amour. Malgré le fait que j’ai trouvé la fin un peu simple, je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus tragique, vous avez réussi à me convaincre et à m’offrir une nouvelle vision de Raphaël. Finalement, j’ai réussi à le comprendre un peu, mais surtout à ne pas le juger.

Merci monsieur le bédéiste, votre bande-dessinée offre une vue unique sur l’Homme et l’amour. 

un-coquillage-dans-le-sable