Winter – Marissa Meyer

Image105.png


Wintertime love – The Doors

Madame l’écrivaine,

Cela faisait quelques semaines que j’avais l’envie inexplicable de lire Les chroniques lunaires et dans mon optique de terminer différentes sagas, je me suis empressée de lire Winter. La taille de ce dernier volume m’avait freiné lors des examens et j’avais repoussé sa lecture à plus tard. Pourtant, malgré le nombre de pages conséquent, la lecture se fait très aisément et reste relativement rapide. Je m’y suis plongée sans aucune difficulté tant l’action est présente et la sensation de fin imminente se fait sentir. Tout s’enchaine de façon très réussie, et cela sans temps morts. Dans ce flot d’actions, j’ai aimé que la fin prenne le temps afin de laisser de la place à tous les personnages. Cela permet de bien clore la tétralogie sans laisser de questions majeures en suspens.

La présence de chacun des personnages est homogène et la diversité de ceux-ci permet au lecteur de s’identifier. J’ai trouvé Winter mignonne et attachante mais elle a fini par parfois m’agacer et j’étais embêtée de ressentir ce sentiment. Heureusement, le récit entrecoupé entre les différents personnages m’a permis de davantage l’apprécier grâce à la présence des autres personnages autour d’elle et notamment du dévouement de Jacin.

Merci madame l’écrivaine, ce moment sur la Lune était rempli d’action et d’émotion.

un-coquillage-dans-le-sable

Cress – Marissa Meyer

Image56.png


Lost on you – LP

Madame l’écrivaine,

Malgré le fait que j’ai mis assez de temps pour lire votre roman, j’ai passé un agréable moment. Alors, certes, cette lecture m’aura occupé quelques semaines, notamment à cause de la reprise des cours et des lectures qui vont avec, mais aussi à cause de quelques défauts qui m’ont ralentie, mais j’ai vraiment été ravie de retrouver vos personnages. Je me suis rapidement attachée à Cress, beaucoup plus rapidement qu’à Scarlet envers qui je ne ressens pas de grandes émotions. J’ai aimé la naïveté de ce personnage, sa douceur et sa façon de découvrir le monde. Elle est touchante de part son passé mais aussi grâce à toute la pureté qu’elle dégage. Malgré tout, Cinder reste mon personnage favori et je pense que c’est dû au fait qu’on suive ses aventures depuis le début. Pour ce qui est des autres personnages, j’ai apprécié qu’on s’attarde plus sur Thorne et j’ai aimé en apprendre un peu plus sur lui. Je trouve que son évolution est lente mais très intéressante. Iko me fait toujours autant sourire et je ne tarirais pas d’éloge sur Kai.

Malheureusement, j’ai été un peu déçue au niveau de l’action. Pour ce troisième tome, le découpage m’a laissée assez perplexe. En effet, je trouve qu’il sépare trop les personnages, ce qui a vraiment freiné ma lecture. Au lieu de me pousser à avancer pour savoir ce qui allait arriver aux personnages aux chapitres suivants, il m’entraînait à fermer le livre, sachant que l’action allait changer de lieu. De plus, je pense que trois tomes sont suffisant pour s’emparer de la mécanique de réécriture et cela ne m’a pas demandé beaucoup d’effort pour trouver l’identité de Winter et de son prince. J’aurais bien-sûr aimé avoir un peu plus de surprise mais je pense que votre choix est tout à fait judicieux, j’en reparlerai sûrement lors de ma critique de Winter. Toutefois, la mise en danger et les rebondissements très présent au début et à la fin du livre réussissent à sauver l’action et j’ai finit ma lecture avec beaucoup de plaisir.

Merci madame l’écrivaine, les quelques défauts de ce troisième opus le rende à mes yeux un peu moins bon que les deux précédents, mais il n’en reste pas moins très agréable à lire et très prenant.

belle-lecture-sous-les-voiles

Scarlet – Marissa Meyer

Image46.png


Je ne suis pas un héros – Daniel Balavoine

Madame l’écrivaine,

Je me suis plongée avec beaucoup de joie dans le tome 2 des Chroniques Lunaires. Après un premier tome qui m’avait complètement surprise, je n’attendais pas moins de la suite. J’attendais avec impatience d’être de nouveau immergée dans cet univers futuriste et de faire la connaissance de Scarlet. C’est pourquoi j’ai été un peu chiffonnée de voir qu’elle partageait la narration avec Cinder. Le découpage m’a laissée un peu perplexe parce qu’avoir le point de vue de ce personnage si tôt ne m’a pas permis de m’attacher à Scarlet comme j’avais pu le faire pour Cinder. J’ai trouvé qu’elle était très présente par rapport au personnage principal de ce tome. Malgré tout, j’ai finit par apprécier Scarlet, même si je la trouve plus fade que Cinder. Je pense que cette sensation est engendrée par le parallèle effectué par les points de vue qui facilite parallèle entre les personnages. En effet, en plus de comparer les personnages féminins, j’ai été tentée de faire la même chose pour Kai et Loup. Loup est un personnage assez mystérieux et je l’ai apprécié parce qu’il apporte beaucoup de rebondissements, il est très polyvalent et je garde encore plusieurs questions à son sujet. En parlant de rebondissements, quel suspens ! Vous m’avez tenue en haleine plusieurs fois, et il m’était impossible de lâcher votre livre tant j’avais besoin de la suite.

Le cadre est assez différent du premier tome et même si je n’ai pas eu la surprise que m’avait procuré le précédent, j’ai quand même apprécié la campagne française suivie de Paris. Malgré les quelques reproches que j’ai pu faire sur le double ou triple (voire même quadruple !) point de vue, j’ai tout de même apprécié de retrouver Cinder. Il est vrai que cela ralenti un peu l’histoire principale et le lien entre les deux protagonistes est long à se mettre en place, mais je ne peux pas dire que j’en ai beaucoup tenu rigueur. J’ai trop aimé retrouvé son caractère de feu accompagné d’un nouveau personnage complètement décalé, dans un vaisseau qui m’a fait penser au Faucon Millenium, pour reprocher sa place dans votre roman. Toutefois, ce choix me laisse un peu perplexe pour les prochains tomes, j’avoue avoir un peu peur que cette multiplicité de personnages me perde un peu. Pour ce qui est de ce tome-ci, le défi est relevé, l’écriture est réussi et vous m’avez transportée !

Merci madame l’écrivaine, Scarlet n’atteint peut-être pas le niveau de Cinder, mais elle n’en demeure pas loin.

un-coquillage-dans-le-sable