Pirates des Caraïbes 5 – Joachim Rønning & Espen Sandberg

Image93


Soundtrack Pirates of the Caribbean

Monsieur le réalisateur,

Pirates des Caraïbes est une saga que j’apprécie beaucoup et cette appréciation repose énormément sur la prestation de Johnny Depp. Pourtant, dans ce cinquième volet, le capitaine Jack Sparrow partage la scène de façon plus équitable. L’arrivée du fils de Will Turner est centrale et on retrouve un peu la même mécanique que dans les deux premiers opus. Henry et Carina sont deux personnages incroyables. Lui, a ce caractère Turner qui en fait un personnage attachant grâce à son manque d’expérience masqué par sa bonté ; elle, est brillante et s’impose comme une figure forte et en opposition avec la jeune femme fragile qu’il faut sauver sans cesse. Ces deux personnages sont vraiment au cœur de la réussite de votre film.

J’ai aimé le fait que le capitaine Salazar permette d’en découvrir plus sur la jeunesse de Jack Sparrow. C’est quelque chose qui permet au personnage d’exister un peu plus profondément même s’il est déjà très ancré dans l’imaginaire collectif. Cela renforce le caractère quasi-inexistant de l’évolution de ce personnage, si ce n’est dans sa déchéance. Malgré tout, je dois avouer que votre cinquième opus manquait un peu de Jack Sparrow et de l’humour incarné par Johnny Depp. L’intrigue tourne davantage autour de Will Turner et Jack Sparrow m’est apparu plus comme un outil indispensable à la quête. Bien sûr, j’ai ri à chacune de ses interventions parce que c’est là que réside le but du personnage mais il m’en manquait un peu pour être pleinement satisfaite.

Merci monsieur le réalisateur, votre film s’inscrit parfaitement dans la lignée des précédents malgré un petit bémol sur le taux de présence de Jack Sparrow, bémol qui s’efface grâce aux incroyables Carina et Henry.

4

Les Animaux fantastiques – David Yates

Image62.png


New York New York – Franck Sinatra

Monsieur le réalisateur,

Je ne vous cache pas la joie que j’ai ressenti en entendant les premières notes dans la salle de cinéma. Bien sûr, l’idée d’un nouvel Harry Potter vous séduit dès que l’idée semble possible. Pourtant, je suis allée voir votre film sans attentes particulières. Bien sûr, j’avais envie d’y retrouver tout ce que j’y avais aimé, mais je savais pertinemment que Les Animaux fantastiques étaient le début d’un renouveau. Alors j’ai apprécié les nombreux clins d’œil mais je suis contente que vous n’ayez pas essayé de tout calquer sur les précédents films. Le scénario s’adapte parfaitement cette idée et J.K. Rowling a réussi à garder l’aura de son univers sans tomber dans la nostalgie. Avec un univers sombre, peut-être même d’avantage que dans les derniers Harry Potter, on vise un public plus âgé et l’évolution qu’on pouvait noter dans la saga se poursuit avec ce préquel. J’ai vraiment aimé que l’histoire se déroule dans les Etats-Unis des années 20. On découvre une nouvelle société de sorciers, méconnue jusque là, et l’époque donne beaucoup de cachet au film. Pour ce qui est du scénario en lui-même, j’ai aimé que les différentes intrigues se rejoignent, je trouve que cela permet d’avoir une diversité d’émotions avec des moments comiques lors de la chasse aux animaux échappés et des moments sérieux lors des recherches du MACUSA sur les phénomènes étranges. De plus, cela octroie un bon rythme au film et l’esthétique est déployée à son maximum.

Je trouve les acteurs très bien choisi, notamment Eddie Redmayne et Dan Fogler qui sont excellent. J’émet un peu de réserves sur Tina qui reste assez discrète, un peu dans l’ombre de sa pétillante sœur, et même si le personnage veut ça, je trouve dommage d’avoir si peu de souvenirs de la performance de Katherine Waterson. En revanche, Jacob et Norbert forment un duo parfait, décalé et drôle. J’ai adoré Norbert qui est un personnage très attachant. J’ai aimé ses maladresses et son côté un peu gauche qu’il parvient toujours à contrer grâce à ses aptitudes et son calme face à toutes les situations. Je trouve que c’est le personnage principal idéal : pas absolument imbattable, maladroit mais intelligent et futé. Dans l’ensemble, les autres personnages sont très bien travaillés, je pense notamment à Graves dont le charisme est impressionnant.

Merci monsieur le réalisateur, vous avez réussi à démarquer Les Animaux fantastiques d’une saga qui reste dans l’esprit de tout le monde.

5

Lucides – Adrienne Stoltz & Ron Bass

Image31


Dream on – Depeche Mode

Madame et monsieur les écrivains,

Après ma lecture, j’ai été totalement perdue. Vous avez réussi à ficeler un monde fantastique que j’ai eu du mal à résoudre. J’ai été abasourdie par la fin et j’ai du faire quelques recherches pour vérifier que j’avais bien compris. Elle me semble toujours aussi surprenante bien que maintenant que je l’ai assimilée, elle m’apparaît plus simple. Je pense sincèrement que votre livre est incroyablement surprenant. L’idée de base est déjà très originale. Deux filles qui ne se connaissent pas physiquement mais qui savent l’une de l’autre tout ce qu’il y a savoir. Qui vit le jour et qui vit la nuit ? Impossible de la savoir. J’avais envie de savoir et de comprendre avant le dénouement final. Mais vous avez fait un tel travail que je changeais d’avis presque à tous les chapitres. Les deux étaient tellement réelles. Maintenant que je connais la vérité, je ne peux m’empêcher de penser à certains détails que j’avais relevé mais qui, pour moi, ne signifiaient rien. Et très franchement, je ne regrette pas de ne pas avoir trouvé parce que je me suis entièrement laissée transportée par cette histoire fantastique.

Les points de vue alternés entre Maggie et Sloane apportent un dynamisme à la lecture. Au tout début, j’essayais de savoir laquelle des deux je préférais mais j’ai vite abandonné. Elles sont si différentes mais si liées qu’il m’a été impossible de les départager. J’ai aimé Maggie et son extravagance, sa confiance en elle, son parcours atypique autant que j’ai apprécié Sloane et sa discrétion, sa sensibilité, sa banalité. Elles se complétaient parfaitement. Au début, je ne me souviens plus de la phrase exacte mais Sloane dit qu’elle est folle et que c’est Maggie qui voit un psy. J’ai trouvé que cette phrase résumait bien leur unité. Elles étaient uniques et unies. J’ai aussi apprécié les personnages de James et d’Andrew, que j’ai aussi trouvé assez semblables. Andrew est très gentil et rassurant et bien que je pensais d’apprécier que moyennement James, j’ai été surprise de retrouver ces qualités chez lui. Finalement, votre roman met en évidence la question du double et de sa différence.

Merci madame et monsieur l’écrivain. J’ai été vraiment très surprise de votre roman.

livre-au-tresor

Alice de l’autre côté du miroir – James Bobin

Image30.png


Just like fire – P!nk

Just like fire – P!nk

Monsieur le réalisateur,

J’étais très heureuse de retrouver Alice et le Chapelier dans des aventures toujours aussi folles. Comme le premier film, celui-ci ne manquait pas de péripéties et de rebondissements. Dans l’ensemble, j’ai été séduite par le scénario et si au début, j’avais un peu peur que le Chapelier soit un peu absent – je pense qu’il aurait été dommage de se priver du si bon jeu de Johnny Depp – j’ai remarqué que grâce aux voyages dans le temps, cette absence ne se faisait pas tant ressentir. Je n’ai pas grand chose à dire sur le scénario, si ce n’est que j’ai beaucoup apprécié l’idée du voyage dans le temps. Retourner dans le passé de ce monde imaginaire m’a permis de voir à quel point un monde, tout aussi imaginaire et fantastique soit-il, a des ficelles qui lui permettent de bien fonctionner. Plus qu’une suite du premier Alice, j’ai vu votre film comme un retour sur le premier, permettant d’éclairer des zones d’ombres, de mieux développer vos personnages et de leur donner une profondeur. En effet, j’ai trouvé que vos personnages étaient plus travaillés, renfermant des secrets dans leur enveloppe de folie. J’ai beaucoup aimé le personnage du Temps, j’ai trouvé toute la mécanique du personnage grandiose, aussi bien au sens propre qu’au sens figuré. J’ai trouvé intéressant que la relation entre la Reine Blanche et la Reine Rouge soit expliquée et que leur passé commun soit approfondi. Enfin et surtout, j’ai aimé les changements d’Alice. Je l’ai trouvée grandie, et comme le fait remarquer le Chapelier, grandir peut être le synonyme de perdre l’innocence de son enfance, ce qui peut être malheureux. Et lorsqu’Alice retrouve la folie du pays des merveilles, elle en ressort plus mature, comme si la folie et le rire étaient essentielles à l’apprentissage.

Outre vos personnages très bien travaillés, j’ai apprécié les images, bien que je n’ai pas trop trouvé l’intérêt de la 3D. Les designs de la maison du Chapelier, du repère du Temps ou des ruelles du passé étaient éblouissants. L’univers d’Alice est à la fois si différent et si homogène. Tout est unique mais tout se rassemble. Et j’ai trouvé que faire une diversité si étrange mais si liée était formidable.

Merci monsieur le réalisateur, votre film est indissociable du premier.

4

Le livre de la jungle – Jon Favreau

Image24.png


Être un homme comme vous – Ben l’Oncle Soul

Monsieur le réalisateur,

Je croyais vraiment que Bagheera était une femme et que Kaa était un homme. Autant vous dire que la surprise a été de taille. Finalement, j’ai apprécié que Bagheera soit un mâle, j’ai trouvé qu’il avait un vrai rôle de mentor pour Mowgli. Je ne vais pas m’attarder ici sur l’histoire, je pense que la majorité la connaît, mais je dois tout de même dire que le scénario a été revisité d’une manière que j’ai beaucoup appréciée. J’ai trouvé la fin plus intéressante et j’ai bien aimé le coté sombre qui était donné à l’histoire. Cette ambiance était bien retranscrite par les images et la jungle parfois sombre et luxuriante. J’ai beaucoup aimé l’aspect esthétique de votre film. Les décors sont très beaux, la jungle semble à la fois immense et former comme un cocon autour des personnages. J’ai eu l’impression d’être projetée dans un univers intimiste et secret, le seul humain étant l’enfant. Je me suis sentie comme privilégiée d’avoir la possibilité de découvrir la faune et la flore de la jungle. J’ai lu plusieurs critiques sur le « non-réalisme » des animaux, je n’ai pas été dérangé, au contraire j’ai trouvé que l’animation était très bien dans l’ensemble. Pour finir, je souhaiterai souligner la performance de Neel Sethi. Je l’ai trouvé très bon acteur, surtout dans les conditions qui lui ont été données, je l’ai trouvé crédible avec ses quelques maladresses qui font le charme du jeu des enfants.

Merci monsieur le réalisateur, votre film a une ambiance un peu fantastique, un peu magique.

5