Le Vent de la jeunesse – Georges-Patrick Gleize

Image28.png


 Bella Ciao – Inconnu

Monsieur l’écrivain,

Cette chronique m’apparaît plus difficile à écrire car avant de vous voir comme écrivain, je vous vois d’abord comme professeur. Je connaissais déjà un peu l’histoire de ce roman puisque vous nous en aviez parlé, un jour en fin d’année où nous étions très peu, entre autres Melissa, Lydie, Mona et moi. Après que vous ayez raconté la trame du roman que vous étiez encore en train d’écrire, j’avais laissé cette histoire de côté. Et j’ai finit par vouloir savoir la suite. J’ai beaucoup aimé la situation des années 80, et comme chez vous, tout peut sonner comme une anecdote, je pouvais presque vous entendre raconter la fumé dans les locaux de la rédaction. Vraisemblablement, vous avoir eu comme professeur m’a rapproché de votre écriture. J’ai pu y reconnaître vos subtilités de langage, comme le fait de dire living par exemple, ou encore déceler votre intonation. J’ai beaucoup aimé le personnage de Flore. Son quotidien parisien m’a intéressée. Je ne pensais pas qu’Anna serait autant au centre du récit. La toile de fond de la seconde guerre m’a plu mais j’ai ressenti quelques longueurs environ à la moitié du livre. La vie au barrage me semblait morne et terne, et c’était sûrement le cas à l’époque pour la jeune Anna. J’ai apprécié les quelques retours au présent qui me permettaient de me remettre dans l’histoire. Malgré cela, j’ai été intriguée par le passé de Flore et l’envie de savoir et comprendre m’a menée jusqu’au bout.

Finalement, votre roman offre bien plus qu’une intrigue familiale. Il met en scène un choc de génération entre Flore, sa mère et sa grand-mère. Ces trois femmes ont un point commun, leur fort caractère, mais sont très différentes. Vous expliquez cela par l’histoire et ces évènements ce qui permet d’enrichir votre texte. Votre roman permet de passer un bon moment mais aussi d’en apprendre un peu plus sur chacune de ces générations.

Merci monsieur l’écrivain, pour ce roman inter-génération qui plonge dans le passé et pour cette riche année d’histoire passée à vos côtés.

belle-lecture-sous-les-voiles

Publicités

Oh boy ! – Marie-Aude Murail

Image15.png


Boys don’t cry – The Cure

Madame l’écrivaine,

Oh, boy ! a été un véritable ascenseur émotionnel. Je ne m’attendais pas à avoir le cœur tant serré et le sourire aux lèvres de si nombreuses fois. Les émotions sont clairement au rendez-vous dans votre roman sans qu’elles ne paraissent forcées. Je me suis sentie réellement touchée par l’histoire de ces trois orphelins. Je ne m’attendais certainement pas aux évènements qui révélés au fur et à mesure de l’histoire. Vous m’avez beaucoup surprise. Vous avez touché à tant de sujets si difficiles, si complexes, si personnels. Vous vous affranchissez sans gêne des tabous et j’ai trouvé que vous révéliez la vie dans sa dureté sans pencher de façon inquiétante dans le larmoyante. Vos personnages donnent de la fraicheur à votre récit difficile. J’ai été profondément touchée par Bart, Venise et Siméon. Je me suis rapidement attachée à eux, ce sont des personnages émouvant mais toujours très drôle et ils m’ont fait beaucoup sourire. Par contre, j’ai peu été attachée à Morgane, timide et solitaire, que j’ai trouvée très effacée. C’était bien sûr en accord avec son caractère mais j’aurais aimé la voir un peu plus, la voir grandir et gagner en autonomie, elle qui est toujours présentée comme l’ombre de son frère. Cependant, je l’ai toujours plus appréciée que Josiane que je n’ai vraiment pas aimée.

Votre style m’a beaucoup plu. Votre écriture est simple mais retranscrit bien les émotions et fait passer du rire aux larmes. J’ai beaucoup aimé votre façon d’intituler les chapitres, certains m’ont fait beaucoup sourire et d’autres m’ont fait comprendre certains choix. J’ai été portée par vos mots et je me sentais intégrée dans la fratrie, quémandant les bisous de Venise, discutant de livres avec Siméon et Morgane, taquinant Bart.

Merci madame l’écrivaine. Vous m’avez prouvé que même dans les moments les plus difficiles, il faut garder espoir, un sourire n’est jamais loin.

un-coquillage-dans-le-sable

La Propriété – Rutu Modan

Image11


Le Pianiste de Varsovie – Gilbert Bécaud

Madame l’écrivaine,

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en commençant votre livre. L’absence de résumé m’a intrigué et je me suis dit qu’après tout, si ce livre avait été Fauve d’Angoulême en 2014, ce devait être pour une bonne raison. J’avoue que j’ai eu un peu peur quand par la suite mon père m’a annoncé qu’il avait lu et qu’il n’avait pas tout compris. Je vous confie que je n’ai toujours pas trouvé ce qu’il y avait d’incompréhensible. Le scénario est certes, basé sur des histoires de familles, qui sont toujours très compliquées, mais vous avez réussi à mettre celle-ci à la portée de tous. J’ai aimé vos personnages. Ils ont tous un caractère bien trempée et Régina m’a beaucoup fait sourire. Ce sont des personnages vrais, comme vous et moi, qui ont leurs secrets et leurs faiblesses. C’est cette authenticité que j’ai beaucoup appréciée. L’histoire est touchante et les révélations qui se font en douceur pince tendrement le cœur. Je ne m’attendais pas à ça, je ne peux pas dire que l’histoire m’a totalement transportée et que j’ai été chamboulé, mais dans l’ensemble, j’ai plutôt bien aimé ma lecture. Vos dessins ont une âme. Ils ne sont pas fins, délicats ou très détaillés mais ils ont ce mérite de révéler l’humain. L’humain, le vrai, celui qui a le visage ridé, les sourcils foncés, les lèvres pincées. Vos dessins ne sont pas là pour faire beau, ils sont là pour parler.

Je vais vous dire un secret : je suis souvent très dissipée quand je met à plat mes avis. Je finis toujours par aller fouiner un peu en espérant dénicher deux ou trois trésors. C’est un peu comme mes fouilles archéologiques à moi. Vous devez me penser étrange à vous dire cela maintenant, mais c’est que je viens de tomber sur une interview. Et je viens d’apprendre le procédé incroyable que vous avez mis en place pour dessiner vos planches. Vous avez demandé à des acteurs de jouer votre histoire ! Je trouve cela merveilleux ! Je comprends mieux l’authenticité de vos personnages maintenant.

Merci madame l’écrivaine, votre livre est une jolie histoire de vie.

belle-lecture-sous-les-voiles