Mademoiselle Clarisse – Gérard Georges

Image110.png


Vieillir avec toi – Florent Pagny

Monsieur l’écrivain,

Lire votre roman est un peu comme passer quelques jours hors du temps. Votre récit prend le temps pour plonger le lecteur dans l’ambiance du Royat du XIXème siècle. J’ai trouvé ma lecture enrichissante grâce à la grande Histoire qui se mêle à l’anecdotique et à la petite histoire de Clarisse. Les repères historiques sont agréables pour situer le récit mais servent aussi à quelques situations. Quelques passages s’étirent en longueur et mais j’ai tant apprécié le cadre et l’époque que cela a facilité ma lecture. En revanche, j’ai trouvé la dernière partie trop rapide et elle ne m’a pas permis d’apprécier la fin correctement.

Clarisse est un personnage attachant, sa position de discrète donneuse d’eau permet d’avoir une vision d’ensemble sur le village tout en se concentrant sur certaines problématiques qu’elle va rencontrer. Cependant, j’ai été assez déçue du tournant que prend la grossesse promise dans la quatrième de couverture. Autre bémol, la présence peu convaincante de certains personnages secondaires. Je les ai trouvés assez peu incarnés et nombreux sont ceux qui m’ont paru n’être que des ombres dans la vie de Clarisse. Peut-être est-ce pour évoquer la solitude que la jeune femme ressent mais j’ai parfois eu du mal avec cette distance. La temporalité, qui s’échelonne sur plusieurs années, favorise cet éloignement progressif mais permet aussi de davantage comprendre Clarisse.

Merci monsieur l’écrivain, même si j’ai ressenti quelques frustrations, les moments passés aux côtés de Clarisse ont été enrichissants.

belle-lecture-sous-les-voiles

Publicités

Café Budapest – Alfonso Zapico

Image85.png


Yesterday – The Beatles

Monsieur le bédéiste,

J’ai été touchée par votre bande-dessinée. Je me suis surprise a beaucoup aimé le contexte historique sur un sujet que je ne maitrisais pas. Vous m’avez donné envie d’en savoir plus. Le scénario mêle brillamment la mutation politique et le quotidien de cette famille au café Budapest. Le sujet est difficile mais vous n’hésitez pas à lui insuffler une dose d’humour et d’espoir à travers une histoire d’amour. J’ai apprécié votre style graphique, très signé, avec un caractère fort et une intensité dans le dessin.

Merci monsieur le bédéiste, votre bande-dessinée prône l’amour et la tolérance dans un monde empreint de violence.

belle-lecture-sous-les-voiles

Celle qui sentait venir l’orage – Yves Grevet

Image60.png


Les blessures qui ne se voient pas – Florent Mothe 

Monsieur l’écrivain,

J’ai été surprise par le thème de votre livre. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et la surprise a été bonne. L’environnement assez médical et l’ambiance étrange et malaisante m’ont beaucoup fait penser au Visage de Sara bien que l’histoire soit totalement différente. Votre roman est un livre d’ambiance, surtout dans la première partie. Il s’agit de celle que j’ai préférée car la situation est remplie de secrets, de cachoteries et de questions. On ne connaît pas vraiment Frida, on se doute que le docteur est un personnage louche et on ressent la pression. C’est trépident et j’avais une espèce de curiosité morbide à vouloir savoir ce qu’allait réserver le médecin à notre héroïne. C’est cette curiosité mal placée qui m’a fait ressentir le même sentiment que lors de ma lecture du livre de M. Burgess. Vous avez une tel aisance à décrire des actes effroyables, votre écriture se fait presque scientifique à ces moments-là, épousant parfaitement les instants d’horreurs. Malgré les propos qui peuvent se faire crus, je tiens à souligner que vous préservez tout de même le lecteur afin que la lecture soit juste dérangeante sans être glauque. Pour moi, c’était le juste milieu parfait.

Passé cette première partie auprès de personnages aux allures de savant fou, j’ai abordé la deuxième partie avec un peu plus de réticences. J’étais très heureuse d’apprendre plus de la vie de Frida qui est un personnage qui m’a totalement passionnée. C’est une fille incroyablement courageuse, indépendante et intelligente. Elle est très agréable à suivre car malgré son sang-froid quasi-constant, elle montre parfois ses faiblesses. Toutefois, l’ambiance pesante qui me plaisait beaucoup est devenue beaucoup plus sûre même si la menace reste bien présente. De plus, je n’ai pas trouvé que l’arrivée des nouveaux personnages amenait une nouvelle dynamique. Le récit restait agréable à suivre mais il me manquait cette tension du début, cette menace constante. Je ne me suis pas réellement attachée à ces nouveaux personnages et bien que les premiers étaient affreusement fous, ils m’intriguaient et me passionnaient d’avantage. En revanche, j’ai beaucoup apprécié le dénouement qui est riche.

Merci monsieur l’écrivain, votre livre m’a vraiment fait frémir devant cette histoire de savant fou.

belle-lecture-sous-les-voiles

Les Damnés de Paris – Michaël Le Galli & Marie Jaffredo

Image33.png


Revoir Paris – Benjamin Biolay, Nicolas Fiszman, Denis Benarrosh

Madame la dessinatrice, monsieur l’écrivain,

Votre bande-dessinée est vraiment belle. Son histoire et ses graphismes offrent un très beau voyage dans le Paris du XIXème siècle. Darius a été de loin mon personnage préféré. J’étais assez en désaccord avec Constance et je ne me suis pas attachée à Gill mais j’ai éprouvé une réelle affection pour le garçon des rues. Il avait un côté Gavroche très marqué ce que j’ai beaucoup apprécié. Les graphismes des décors sont très beaux, somptueux lorsqu’ils doivent l’être, plus simple lorsqu’il le faut. Je n’ai pas trouvé les personnages remarquablement travaillés mais les expressions étaient parfaitement retranscrite.

Si les graphismes m’ont plu dans leur ensemble, j’ai été en revanche assez déçue du scénario. J’ai trouvé que cela restait assez superficiel, même pour l’histoire de Constance qui est pourtant la plus décrite. Le destin de ces trois personnages est inexorablement lié mais j’ai trouvé que cela restait assez vague, assez lointain. La fin m’a complétement abasourdie. Je ne m’y attendais pas mais cela n’a pas eu le bon effet sur moi. J’ai eu l’impression que c’était totalement inattendu et cela m’a paru étrange, j’ai eu la sensation que la fin tranchait net votre bande-dessinée.

Merci madame la dessinatrice et monsieur l’écrivain, même si le scénario ne m’a pas vraiment séduite, j’ai passé un très bon moment dans Paris.

petite-vague