Joyeux 20 ans Harry

Le 26/06/2017

Cher Harry,

Il y a 20 ans, tu faisais ta première entrée dans l’imagination de milliers de gens. Il y a 20 ans, j’avais 14 jours. Et pendant que des tas d’enfants te découvraient et rêvaient de te rejoindre à Poudlard, j’ouvrais à peine les yeux. Pourtant, moi aussi, je t’ai rencontré. Et même si ce fut avec du retard (peut-être une dizaine d’années), moi aussi, je t’ai découvert et j’ai rêvé de te rejoindre.

Il y a 20 ans, ta célébrité due à ton statut d’élu dans le monde des sorciers s’est vue amplifiée par celle du monde des moldus. Tout le monde te connaît, même ceux qui n’ont pas lu tes aventures. J’imagine que ce n’est pas facile à vivre tous les jours, mais tu t’en sors bien. Les gens t’apprécient toujours autant et tu provoques toujours la même évasion. En 20 ans, tu n’es pas passé de mode et tu ne t’es pas ringardisé : tu n’as pas vieilli. 20 ans après, il y a toujours des enfants (et de grands enfants) qui attendent impatiemment leur lettre pour découvrir ton univers magique et vivre un peu dans tes pas. 20 ans après, on joue au quidditch, on mange des chocogrenouilles et on rêve toujours de photos animées. Pour tous ces rêves, merci.

Joyeux 20 ans Harry, tu as encore de belles années devant toi.

P.S. N’oublie pas de remercier chaleureusement J.K. Rowling pour avoir cru en toi.

Publicités

Harry Potter et l’enfant maudit – Jack Thorne

Image69.png


Mon vieux – Daniel Guichard

Monsieur l’écrivain,

Près d’un mois après ma lecture, je viens enfin donner mon avis sur ce tant et si attendu huitième opus de Harry Potter. J’arrive un peu après la guerre, et je dois avouer que c’est surtout parce que même si j’étais sûre de vouloir lire votre livre, je n’en mourais pas d’impatience. Je pense que le fait que, malgré tout le respect que je vous dois, vous ne soyez pas J.K. Rowling a joué dans cette attente plus mesurée. En revanche, cela n’enlève en rien à votre talent. Si le format m’a au début quelque peu désorientée, j’ai finalement pris mes repères. Passer du roman au théâtre est un choix que je trouve assez culotté. Il fallait oser parce que cela ne permet pas de descriptions et l’ancrage dans l’univers est moins facile à engendrer. Cependant, vous vous en sortez très bien. Vous avez eu raison et malgré toutes les critiques que j’ai pu lire sur le fait que « ce n’est qu’un script », je suis persuadée que c’est un bon choix. Vous ne pouvez pas vous improviser J.K. Rowling et vous l’avez bien compris. Vous êtes Jack Thorne et vous écrivez du théâtre. Et vous le faites bien. Alors oui, je ne vais pas vous cacher que le cadre spatio-temporel m’a parfois dérangée, que le fait que le livre ne se déroule pas sur une année m’a perturbée, que le manque de descriptions de Poudlard m’a manqué. Mais tout ça, je le connais.

Passés les premiers moments de perplexité face à la forme, je me suis vraiment plongée dans votre histoire. J’ai trouvé les personnages assez bien retranscrit. Il y a eu certaines fois où je n’étais pas réellement convaincue mais vous avez effacé ces moments avec d’autres où nos héros étaient parfaitement en adéquation avec ce que l’on connaissait d’eux. J’ai beaucoup aimé le choix du scénario. L’idée est intéressante et pose des questions justes. Le déroulé du récit m’a parfois laissée dubitative avec des dénouements parfois un peu trop simples mais je ne pense pas assez connaître le théâtre contemporain pour juger s’il s’agit seulement de votre pièce. Dans l’ensemble, vous m’avez convaincue et j’ai vraiment passé un bon moment.

Merci monsieur l’écrivain. Bien évidemment, on ne peut pas s’empêcher de vous comparer à J.K. Rowling, mais je pense qu’on ne peut le faire que dans le bon sens. Vous avez réussi à écrire un Harry Potter.

un-coquillage-dans-le-sable

Les Animaux fantastiques – David Yates

Image62.png


New York New York – Franck Sinatra

Monsieur le réalisateur,

Je ne vous cache pas la joie que j’ai ressenti en entendant les premières notes dans la salle de cinéma. Bien sûr, l’idée d’un nouvel Harry Potter vous séduit dès que l’idée semble possible. Pourtant, je suis allée voir votre film sans attentes particulières. Bien sûr, j’avais envie d’y retrouver tout ce que j’y avais aimé, mais je savais pertinemment que Les Animaux fantastiques étaient le début d’un renouveau. Alors j’ai apprécié les nombreux clins d’œil mais je suis contente que vous n’ayez pas essayé de tout calquer sur les précédents films. Le scénario s’adapte parfaitement cette idée et J.K. Rowling a réussi à garder l’aura de son univers sans tomber dans la nostalgie. Avec un univers sombre, peut-être même d’avantage que dans les derniers Harry Potter, on vise un public plus âgé et l’évolution qu’on pouvait noter dans la saga se poursuit avec ce préquel. J’ai vraiment aimé que l’histoire se déroule dans les Etats-Unis des années 20. On découvre une nouvelle société de sorciers, méconnue jusque là, et l’époque donne beaucoup de cachet au film. Pour ce qui est du scénario en lui-même, j’ai aimé que les différentes intrigues se rejoignent, je trouve que cela permet d’avoir une diversité d’émotions avec des moments comiques lors de la chasse aux animaux échappés et des moments sérieux lors des recherches du MACUSA sur les phénomènes étranges. De plus, cela octroie un bon rythme au film et l’esthétique est déployée à son maximum.

Je trouve les acteurs très bien choisi, notamment Eddie Redmayne et Dan Fogler qui sont excellent. J’émet un peu de réserves sur Tina qui reste assez discrète, un peu dans l’ombre de sa pétillante sœur, et même si le personnage veut ça, je trouve dommage d’avoir si peu de souvenirs de la performance de Katherine Waterson. En revanche, Jacob et Norbert forment un duo parfait, décalé et drôle. J’ai adoré Norbert qui est un personnage très attachant. J’ai aimé ses maladresses et son côté un peu gauche qu’il parvient toujours à contrer grâce à ses aptitudes et son calme face à toutes les situations. Je trouve que c’est le personnage principal idéal : pas absolument imbattable, maladroit mais intelligent et futé. Dans l’ensemble, les autres personnages sont très bien travaillés, je pense notamment à Graves dont le charisme est impressionnant.

Merci monsieur le réalisateur, vous avez réussi à démarquer Les Animaux fantastiques d’une saga qui reste dans l’esprit de tout le monde.

5