Les Disparus du Clairdelune – Christelle Dabos

Image74.png


Musica Fantasia – Rondo Veneziano

Madame l’écrivaine,

Comment vous expliquer à quel point j’ai été happée par votre livre ? Dès que je l’ai ouvert, j’ai été aspirée par votre histoire, vos personnages et votre univers et j’aurais aimé ne plus avoir a en ressortir. Comme je l’ai dit pour votre premier tome, personne ne devrait se laisser décourager par la taille de votre roman. Je sais que pour certains lecteurs, la taille est un facteur de choix, mais bon sang, quelle erreur face à votre roman ! Je l’ai absolument dévoré et cela m’a fait un bien fou. J’ai adoré retrouver les personnages, je suis toujours autant attachée à Ophélie et Thorn m’intrigue de plus en plus. Dans le premier tome, j’avais regretté son absence. Autant vous dire que j’ai été ravie de voir qu’il était bien plus présent dans le deuxième volume. J’ai trouvé que la relation entre les deux personnages évoluait avec le bon rythme. Il y a des scènes que j’ai été surprise de voir arriver au moment même où j’en ressentais le besoin. Le timing était parfait.

Pour ce qui est de l’intrigue, j’aime beaucoup votre façon de la mener, un peu à la manière d’Harry Potter qui résout un mystère à chaque tome mais qui poursuit sa quête tout au long de la saga. J’ai vraiment aimé qu’on puisse avoir assez d’éléments pour comprendre et résoudre certains mystère. Le fait qu’il n’y ait pas juste l’enquête principale permet au lecteur de ne pas ressentir trop de frustration face à l’incompréhension. La frustration est bien dosée et il y en a juste assez pour attendre avec impatience le tome suivant sans pour autant vous détester de nous laisser dans un flou total. De plus, le suspens est vraiment bien mené dans ce deuxième tome. J’avais toujours envie de savoir. Plus. Au début, j’avais un peu peur de ne pas réussir à m’investir totalement dans l’intrigue parce qu’avec un univers aussi étendu, il est difficile de ne pas se perdre. Mais c’est là que réside, pour moi, une de vos plus grande qualité d’écriture : vous réussissez à nous réexpliquer des choses sans que se soit lourd, sans qu’on est l’impression que se soit un rappel. J’ai vraiment apprécié cela parce que cela m’a permis de me replonger dans La Passe-miroir sans aucun soucis et sans avoir une impression de longueur.

Merci madame l’écrivaine, j’ai été ravie du début à la fin.

livre-au-tresor

Publicités

Vert émeraude – Kerstin Gier

Image71.png


D’émeraude – Nolwenn Leroy

Madame l’écrivaine,

Attendant avec impatience la fin de la Trilogie des gemmes, j’ai un peu été déçue par ce dernier tome. Je dois cependant avouer que ma lecture a été interrompue par des lectures plus pressantes pour les cours et cela a été un véritable frein à ma progression. Malgré tout, je le conçois et je sais pertinemment que vous n’y êtes pour rien. En revanche, j’ai été parfois déçue d’avoir trouvé certaines révélations avant qu’elles ne soient révélées. Ou non, plutôt partagée entre la joie d’avoir élucidé le mystère et la déception de ne pas m’être laissée surprendre. Toutefois, la révélation finale qui clôt la trilogie m’a surprise et j’ai vraiment apprécié ce sentiment. C’était logique mais plausible et finalement évident en y pensant. Malheureusement, ça n’a pas été le cas pour LA révélation majeure, à savoir l’identité du comte St Germain et tout le mystère planant autour du chronographe. Tout cela m’a laissé perplexe. J’ai trouvé que certains éléments arrivaient comme un cheveu sur la soupe, à moins que je n’ai pas su percevoir les indices, et j’ai parfois ressenti quelques incohérences.

Cependant, je ne peux pas nier le fait que j’ai passé un bon moment. Les voyages dans le temps sont toujours un plaisir même si le côté fastueux se fait moins en moins présent. Les personnages secondaires m’ont toujours semblés assez fades mais Gwendolyn et Gideon sont de très bons protagonistes. Ils m’ont parfois agacée mais je n’ai pas pu leur en tenir rigueur et j’ai apprécié voir leurs liens évoluer. Mais je pense sincèrement que dans votre trilogie, aucun personnage ne pourra détrôner Xemerius. Je l’ai adoré de A à Z. Il a un humour savoureux et j’ai toujours beaucoup aimé ses apparitions.

Merci madame l’écrivaine, j’ai été un peu déçue que les secrets du Cercle des Veilleurs ne soient pas un plus développé mais cela n’enlève rien au charme de votre roman.

belle-lecture-sous-les-voiles

Les Animaux fantastiques – David Yates

Image62.png


New York New York – Franck Sinatra

Monsieur le réalisateur,

Je ne vous cache pas la joie que j’ai ressenti en entendant les premières notes dans la salle de cinéma. Bien sûr, l’idée d’un nouvel Harry Potter vous séduit dès que l’idée semble possible. Pourtant, je suis allée voir votre film sans attentes particulières. Bien sûr, j’avais envie d’y retrouver tout ce que j’y avais aimé, mais je savais pertinemment que Les Animaux fantastiques étaient le début d’un renouveau. Alors j’ai apprécié les nombreux clins d’œil mais je suis contente que vous n’ayez pas essayé de tout calquer sur les précédents films. Le scénario s’adapte parfaitement cette idée et J.K. Rowling a réussi à garder l’aura de son univers sans tomber dans la nostalgie. Avec un univers sombre, peut-être même d’avantage que dans les derniers Harry Potter, on vise un public plus âgé et l’évolution qu’on pouvait noter dans la saga se poursuit avec ce préquel. J’ai vraiment aimé que l’histoire se déroule dans les Etats-Unis des années 20. On découvre une nouvelle société de sorciers, méconnue jusque là, et l’époque donne beaucoup de cachet au film. Pour ce qui est du scénario en lui-même, j’ai aimé que les différentes intrigues se rejoignent, je trouve que cela permet d’avoir une diversité d’émotions avec des moments comiques lors de la chasse aux animaux échappés et des moments sérieux lors des recherches du MACUSA sur les phénomènes étranges. De plus, cela octroie un bon rythme au film et l’esthétique est déployée à son maximum.

Je trouve les acteurs très bien choisi, notamment Eddie Redmayne et Dan Fogler qui sont excellent. J’émet un peu de réserves sur Tina qui reste assez discrète, un peu dans l’ombre de sa pétillante sœur, et même si le personnage veut ça, je trouve dommage d’avoir si peu de souvenirs de la performance de Katherine Waterson. En revanche, Jacob et Norbert forment un duo parfait, décalé et drôle. J’ai adoré Norbert qui est un personnage très attachant. J’ai aimé ses maladresses et son côté un peu gauche qu’il parvient toujours à contrer grâce à ses aptitudes et son calme face à toutes les situations. Je trouve que c’est le personnage principal idéal : pas absolument imbattable, maladroit mais intelligent et futé. Dans l’ensemble, les autres personnages sont très bien travaillés, je pense notamment à Graves dont le charisme est impressionnant.

Merci monsieur le réalisateur, vous avez réussi à démarquer Les Animaux fantastiques d’une saga qui reste dans l’esprit de tout le monde.

5

Wild song – Janis McKay

Image42


Diamantta Spaillit – Mari Boine

Madame l’écrivaine,

Votre livre est touchant. Pendant un long moment, environ les 3/4 du livre, j’étais simplement spectatrice des évènements et je n’ai pas été touchée comme je l’aurais pensé. Mais plus tard, lorsque Niilo réalise et nous fait réaliser, là, j’ai ressenti quelque chose de très fort. Votre livre, c’est un peu comme une bombe à retardement. Un univers magique est coincé entre ses pages. Je ne m’attendais pas à tant de magie et je me demandais parfois s’il s’agissait d’un songe ou de magie. Cependant, le cadre est tout-à-fait propice à la magie. L’Ecole Sauvage avait des airs de colonie de vacances, à un détail près. Sa population est singulière. Niilo est assez jeune, dans cet âge où l’on est ni enfant, ni adolescent. Cependant, il est déjà très mature pour son âge. Plusieurs fois, j’ai oublié qu’il avait treize ans. Il peut avoir des réactions excessives mais elles ne sont jamais enfantines. On est loin du caprice, il est intelligent et débrouillard et surtout, il a une lucidité frappante. J’ai aimé son évolution. On le voit vraiment grandir et je pense que c’est ce qui m’a le plus touchée. La douceur et la compréhension dont il fait preuve m’a émue.

Tout l’univers onirique autour de ce personnage contribue à son apprentissage. Hannu est central dans ce changement et personnifie la magie. Il incarne ce monde parallèle peuplé de légendes. C’est le personnage que j’ai préféré. Il est impliqué, doux, attentionné et déterminé. Pour moi, c’est celui qui représente le mieux l’Ecole Sauvage. Sa connaissance de la nature est incroyable mais elle ne surpasse pas sa culture des croyances samis. Il est le lien entre l’enfant et l’adulte. C’est lui la clef de l’adolescence.

Merci madame l’écrivaine, votre roman est fort, puissant et très humain.

un-coquillage-dans-le-sable

Les fiancés de l’hiver – Christelle Dabos

Image39.png


No surprises – Radiohead 

Madame l’écrivaine,

La longueur de votre livre ne devrait faire peur à personne car il se lit très bien. Je n’ai pas ressenti de longueurs ou de temps morts. Le temps est bien utilisé, se protégeant entre la description du monde fantastique dans lequel les personnages prennent place et le développement de la trame avec les personnages. Pour ce qui est de l’univers, je ne pensais pas tant l’apprécier. Je ne m’attendais tout d’abord pas à une telle diversité entre les différents lieux. J’ai aimé l’aspect des Arches volantes et la magie des illusions de Clairdelune. Le travail des descriptions est incroyable. Le jeu des illusions nous plonge au cœur de cet univers nouveau et magique. Il n’est pas difficile de se retrouver dans le Pôle tant l’univers est bien décrit. Malgré la richesse de ce monde, vous ne nous perdez pas et vous réussissez, à nous immerger dans votre imagination débordante.

Cependant, cette description des lieux et de l’univers ne se fait pas au détriment des personnages. Tout est mis en scène avec minutie. Je me suis beaucoup attachée à Ophélie et Thorn. Malgré ce qu’ils peuvent penser, je trouve qu’ils se ressemblent beaucoup. Ils ont tous deux une belle évolution. J’ai aimé Ophélie avec ses airs fragiles et doux, sa timidité et sa différence. Elle n’est pas la jolie jeune fille promise à un époux dont elle ne veut pas par peur qu’il soit trop vieux et laid mais qui finalement s’avère jeune et séduisant. Thorn est jeune et séduisant, ça ne fait aucun doute. Pour autant, Ophélie ne se transforme pas en jolie princesse prête à épouser le bel homme. Elle reste Ophélie, et c’est ce qui fait sa différence. Son pouvoir est surprenant et j’ai aimé que l’intrigue lui confère une grande importance. J’ai apprécié son évolution, la voir s’émanciper peu à peu et prendre ses propres décisions. Quant à Thorn, je l’ai trouvé assez peu présent et j’ai regretté son absence. Toutefois, j’ai réellement apprécié les moments où il était là. Il est froid, distant et calculateur mais il dégage quelque chose que j’ai trouvé attachant. C’est très fort de votre part de faire d’un personnage si mystérieux et parfois dès antipathique quelqu’un d’aussi charismatique. La relation entre les deux fiancés évolue elle aussi au fur et à mesure de leurs changements respectifs. J’ai aimé voir comment ce couple d’inconnus se métamorphosait peu à peu. L’intrigue entremêle secret de famille, trahison et cachoteries, chose que je ne peux qu’apprécier puisqu’elle apporte une profondeur à tous ces éléments et les enchaine comme des maillons afin qu’ils ne fassent plus qu’un.

Merci madame l’écrivaine, une chose est sûre, c’est qu’il me tarde de découvrir la suite !

livre-au-tresor