Maïté coiffure – Marie-Aude Murail

Image108.png


Je ne veux pas de ton amour – Barbara Weldens

Madame l’écrivaine,

Plus je vous lis et plus j’aime votre écriture. Votre plume est merveilleusement agréable. Il y a toujours une pointe d’humour discrète très agréable et une présence du narrateur pudique. Je pense que c’est ce qui permet aux lecteurs de tout âge d’apprécier vos romans : le style est simple et accessible aux plus jeunes mais cache assez de surprise pour montrer aux plus grands qu’ils ne sont pas oubliés. L’histoire est amusante et mignonne avec un fond très profond. Vous traitez de l’adolescence en générale mais aussi et surtout de l’autonomie, les choix, l’indépendance, l’émancipation, et ce sont les thèmes vrais et forts de l’adolescence tout en touchant un public beaucoup plus large. Louis est un protagoniste touchant par sa maturité et sa bienveillance mais également par la candeur de sa jeunesse. Votre roman est rempli d’humains avec leur soucis, leurs joies, leurs peines, leurs défauts, leurs vérités… C’est touchant parce qu’ils sont authentiques et que chacun peut se reconnaître dans une partie d’eux. Mais surtout, votre roman ne nie pas la vérité. J’ai beaucoup apprécié la fin parce qu’elle ne provoque pas l’attendu et ce que le romanesque voudrait. Non, elle se révèle simplement être le vrai.

Merci madame l’écrivaine, j’ai aimé le message porté par votre roman. Faire ce que l’on aime, c’est important.

livre-au-tresor

Publicités

Simple – Marie-Aude Murail

Image18.png


Yalla – Calogero

Yalla – Calogero

Madame l’écrivaine,

J’ai été attirée par Simple juste après ma lecture de Oh boy ! et je les ai presque enchainés, ce qui a suscité divers liens entre vos deux livres dans mon esprit. Cependant, je n’ai jamais été tentée de les comparer. Ce sont deux textes totalement différents même s’ils ont tous deux un thème fort. J’ai beaucoup aimé suivre la vie bien mouvementée de Simple. J’ai trouvé ses petits monologues intérieurs et ses discussions avec Pinpin touchant et m’ont fait sourire. Simple est attachant. A la lecture, le paradoxe entre ses trois et vingt-deux ans ne s’est pas vraiment ressenti. Parfois, la maladie de Simple fusait comme un éclair dans mon esprit avant de s’envoler pour laisser la place à un enfant curieux, débordant d’énergie et plein d’amour. Rien que pour ça merci. Le sujet pourtant fort ne pousse pas au larmoyant, mais porte étonnamment à sourire grâce à la fraicheur des personnages. J’ai beaucoup apprécié Simple bien sûr, qui porte tout le récit, mais aussi Enzo qui a joliment évolué. Je le pensais beaucoup plus individualiste mais son cœur s’ouvre peu à peu au contact de Simple. Je me suis aussi surprise à m’attacher à M. Villedieu que je croyais très froid. Finalement, je me suis très vite rendue compte que les personnages s’adoucissaient au contact de Simple, qu’ils devenaient très vite plus compréhensifs, doux et qu’ils prenaient le temps de vivre et de profiter. Bien sûr, il y a eu quelques exceptions à ce changement, et j’ai trouvé que cela révélait la peur que peut engendrer l’inconnu parfois. J’ai aussi remarqué la légère absence de Kléber. En effet, la difficulté delà maladie reste tout de même présente, par l’abandon du père, la fatigue de Kléber et les difficultés que peuvent rencontrer les personnages.

Merci madame l’écrivaine, de donner tant d’espoir sans omettre la vérité.

belle-lecture-sous-les-voiles

Oh boy ! – Marie-Aude Murail

Image15.png


Boys don’t cry – The Cure

Madame l’écrivaine,

Oh, boy ! a été un véritable ascenseur émotionnel. Je ne m’attendais pas à avoir le cœur tant serré et le sourire aux lèvres de si nombreuses fois. Les émotions sont clairement au rendez-vous dans votre roman sans qu’elles ne paraissent forcées. Je me suis sentie réellement touchée par l’histoire de ces trois orphelins. Je ne m’attendais certainement pas aux évènements qui révélés au fur et à mesure de l’histoire. Vous m’avez beaucoup surprise. Vous avez touché à tant de sujets si difficiles, si complexes, si personnels. Vous vous affranchissez sans gêne des tabous et j’ai trouvé que vous révéliez la vie dans sa dureté sans pencher de façon inquiétante dans le larmoyante. Vos personnages donnent de la fraicheur à votre récit difficile. J’ai été profondément touchée par Bart, Venise et Siméon. Je me suis rapidement attachée à eux, ce sont des personnages émouvant mais toujours très drôle et ils m’ont fait beaucoup sourire. Par contre, j’ai peu été attachée à Morgane, timide et solitaire, que j’ai trouvée très effacée. C’était bien sûr en accord avec son caractère mais j’aurais aimé la voir un peu plus, la voir grandir et gagner en autonomie, elle qui est toujours présentée comme l’ombre de son frère. Cependant, je l’ai toujours plus appréciée que Josiane que je n’ai vraiment pas aimée.

Votre style m’a beaucoup plu. Votre écriture est simple mais retranscrit bien les émotions et fait passer du rire aux larmes. J’ai beaucoup aimé votre façon d’intituler les chapitres, certains m’ont fait beaucoup sourire et d’autres m’ont fait comprendre certains choix. J’ai été portée par vos mots et je me sentais intégrée dans la fratrie, quémandant les bisous de Venise, discutant de livres avec Siméon et Morgane, taquinant Bart.

Merci madame l’écrivaine. Vous m’avez prouvé que même dans les moments les plus difficiles, il faut garder espoir, un sourire n’est jamais loin.

un-coquillage-dans-le-sable