La fille mirage – Élise Broach

Image67.png


Hurt – Johnny Cash

Madame l’écrivaine,

C’est avec beaucoup d’envie que je me suis plongée dans votre roman. Il me paraissait prometteur avec une thématique que j’adore, le road-trip, qui plus est accompagné d’une quête. Malgré tout, j’ai ressenti une pointe de déception lors de ma lecture. Les éléments que j’attendais sont là mais tout m’a semblé un peu trop simple, autant dans le déroulé des actions que dans la construction des personnages. Je ne peux pas dire que je me suis ennuyée parce qu’il n’y a pas de moment de flottements, les personnages sont toujours dans l’action et l’enquête donne un bon rythme au livre. La lecture se fait rapidement et aisément et c’est vraiment un bon point. Une autre chose que j’ai aimé, c’est la façon dont vous faites évoluer les relations sentimentales. Malgré le fait que la romance prenne finalement une place assez importante, j’ai apprécié que vos personnages vivent l’amour compliqué. Dans la vraie vie, les gens ne tombent pas amoureux simplement. Et cela se voit dans votre roman. L’amour est dur, avec qui que se soit et à tous les âges.

Toutefois, malgré ces points positifs, je n’ai pas pu faire abstraction de mon incompréhension face aux personnages. J’ai trouvé Jamie absent, que Kit avait des réactions étranges et que Luce était inconsciente. Je veux bien accepter le fait qu’elle n’a que 14 ans mais je l’ai parfois trouvé trop naïve, trop insouciante alors qu’elle fait preuve de maturité face à certains évènements. J’ai trouvé que les personnages étaient trop masqué par l’enquête et à mon goût, celle-ci ne sert pas assez à les révéler.

Merci madame l’écrivaine, je n’ai pas réussi à faire abstractions de ces points que j’aurais aimé voir plus développés, j’ai passé une agréable lecture.

sable-et-galets-algues-salees

Publicités

Plus loin, plus près – Hannah Harrington

Image40.png


Tu ne m’as pas laissé le temps – David Hallyday

Madame l’écrivaine,

Votre livre tourne autour d’un road trip et moi les road trips, et bien j’adore ça. Je n’ai donc pas besoin de préciser que ma lecture s’annonçait bonne. Mais vous avez tout surpassé en y intégrant un fond profond, des personnages incroyables et surtout des références à de la bonne musique. Alors là, je dois dire que vous avez fait carton plein. J’ai vraiment apprécié ma lecture. L’élément déclencheur de l’aventure, à savoir le suicide, est très bien traité. Ce n’est pas larmoyant mais ce n’est pas non plus oublié. Pourtant, entre une meilleure amie débridée, un garçon mystérieux, un voyage au bout du pays et de l’amour dans l’air, le risque de se perdre était grand. Ça n’était pas sans défaut, mais ce que j’aurais pu le plus reprocher ne m’a pas dérangé. J’ai vaguement trouvé que Laney servait de « potiche » mais étant donné que je ne me suis pas attachée à elle, ça ne m’a pas vraiment parut dommage. Même lorsqu’on lui accorde un peu d’importance en lui créant des problèmes, j’ai vite oublié de quoi il s’agissait et je me suis retrouvée à me demander ce qu’il s’était passé. Un peu embêtant mais pas vraiment affreux.

A l’inverse, je me suis énormément attachée à Harper et Jake. Ils ont tous les deux un côté très intrigant. Harper est réservée, peut-être un poil lunatique et sensible malgré ce qu’elle peut penser. Une sensibilité cachée dans une armure de béton. Elle n’est pas désagréable et ne s’apitoie pas sur son sort. Le suicide de sa sœur est présent, on y fait référence, Harper y pense tout le temps mais elle ne se roule pas en boule en attendant que ça passe. Elle se bat, elle s’implique et est présente. Elle a tendance à trouver beaucoup de défauts à Jake mais ce sont eux qui font son charme. Il a un charme incroyable et le mystère qui plane autour de lui donne envie de le connaître. C’est lui qui porte le road trip, il tient le volant et choisit la musique, et je me serais volontiers glissée sur la banquette arrière pour faire le voyage avec eux.

Merci madame l’écrivaine, j’ai passé un agréable moment à traverser les Etats-Unis et à observer l’évolution de Harper dans son deuil.

coeur-ocean

J’étais là – Gayle Forman

Image2


Salut Salaud – Vilain Pingouin

Madame l’écrivaine,

Encore une fois, vous avez choisi un sujet difficile, ayant rapport à la mort, un sujet qui demande des mots justes. Vous avez le traité le sujet de façon touchante mais pas larmoyante. Pour cela, merci. Je pourrai dire que j’ai préféré J’étais là à Si je reste, mais je ne pense pas que se soit nécessaire. Ils n’ont pas à être comparés, ils ont chacun leur identité propre. J’ai beaucoup aimé l’enquête menée par Cody et la recherche d’indices que j’ai trouvé très intéressante. Comme je le répète souvent, c’est une chose que j’apprécie énormément, j’aime sentir la tension du personnage en train de chercher, les obstacles auxquels il fait face et surtout, la joie de trouver quelque chose, tout en se demandant “Oui, mais pourquoi, à quoi bon, finalement ?”. J’aime cette difficulté, cette complexité qui règne dans la tête du personnage.

Cody a été un personnage auquel je me suis beaucoup attachée. Elle est différente de l’héroïne habituelle. Simple et banale, elle ne sort de l’ombre que par le suicide de Meg. C’est un paradoxe qui m’a fait réfléchir. La perte de son amie était-elle nécessaire à son épanouissement ? Plutôt glauque comme constatation. C’est un personnage dévoué, près à tout pour savoir la vérité. Elle est l’amie à l’écoute et attentive. Ses réactions envers Ben sont totalement compréhensibles et j’ai aimé l’intelligence dont elle fait preuve. Vous n’avez pas créé une jeune fille anéantie et désespérée mais un personnage fort, combattant et qui mène ses actes jusqu’au bout. Ben est quand à lui l’archétype du garçon mystérieux et séduisant. Il contraste très bien avec la différence de Cody. J’ai apprécié son coté séduisant qui séduit même le lecteur et qui le fait passer comme dangereux à première vue. Cela a permis une belle évolution des deux personnages, tous deux essentiels. Tout au long du récit, vous avez réussi à me plonger dans l’histoire. Comme Cody, j’ai eu du mal à comprendre le geste de Meg, comme Cody, j’ai souffert de l’incompréhension, comme Cody, j’ai constaté l’absence de Tricia. Vous m’avez plongé au cœur de certains stéréotypes américains qui m’ont beaucoup fait sourire : la famille en apparence parfaite de Meg finalement si compliquée, mais surtout la fraternité étudiante, présentée comme végétarienne, adepte du bio, fumeuse, et tellement hippie. Votre style fluide et simple m’a rapprochée de cet univers. J’aurai aimé que cela ne se finisse jamais.

Merci madame l’écrivaine, de m’avoir autant fait sourire tout en abordant un sujet si touchant et difficile.

livre-au-tresor