Brokeback mountain – Annie Proulx

Image88.png


J’te l’dis quand même – Patrick Bruel

Madame l’écrivaine,

Votre écriture est originale, à la fois crue et poétique, toujours dans la simplicité. Malgré tout, cela n’a pas suffi à me convaincre. Je trouve que votre style est surprenant à lire, déconcertant parfois, mais qu’il sert bien l’histoire. En revanche, j’ai été déçue par le fond. Beaucoup trop court selon moi pour que l’on s’attache vraiment aux personnages et une histoire d’amour que j’ai trouvée survolée mise à part quelques scènes où l’on se rend compte des sentiments qu’éprouvent les personnages. Je peux expliquer ce dernier point par le contexte dans lequel ces deux hommes vivent leur amour naissant et à la limite, je peux comprendre ce choix de rester dans une certaine ambiguïté. Par contre, j’ai vraiment déploré le manque d’attachement aux personnages qui ne m’a pas permis de m’impliquer et d’être touchée aux moments où j’aurais dû l’être.

Merci madame l’écrivaine, pour moi, votre histoire et votre style auraient mérité quelques pages de plus.

petite-vague

Publicités

Le copain de la fille du tueur – Vincent Villeminot

Image79


Caroline – MC Solaar

Monsieur l’écrivain,

Le copain de la fille du tueur est le premier roman que je lis de vous et apparemment, au vu de ce qu’il se dit sur vous, j’arrive un peu après la guerre. Et effectivement, je dois admettre que vous avez une écriture particulière qui fait qu’on doit absolument vous découvrir. J’ai été surprise de la facilité avec laquelle vous passez du choc à la poésie. Certains passages sont crus tandis que d’autres sont empreints d’une véritable douceur. C’est la chose que j’ai le plus aimé dans votre roman. Vous m’avez donné envie de vous lire parce que vous écrivez bien, et sans prétention.

J’ai apprécié vos personnages aussi. Ils sont surprenant et originaux, Touk est étrangement bizarre, Charles est d’une douceur assumée et Selma est le mystère incarné. J’ai trouvé qu’il n’y avait pas de modèle attendu dans votre roman, à part la figure du mafieux peut-être, et c’est plaisant car on est toujours surpris par les évènements. Vous créez des situations auxquelles on ne s’attend pas. Votre roman manque peut-être un peu de réalisme mais c’est un parti pris qui ne m’a absolument pas dérangée. J’ai aimé l’ambiance mystérieuse qui faisait qu’on cherchait toujours à savoir et les retournements inattendus.

Merci monsieur l’écrivain, j’ai adoré votre plume.

un-coquillage-dans-le-sable

J’aime regarder les filles – Frédéric Louf

Image52.png


J’aime regarder les filles – Patrick Coutin

Monsieur le réalisateur,

Votre film m’a laissé comme un gout amer. J’avais très envie de l’aimer, la situation me plaisait beaucoup et j’étais très enthousiaste à l’idée de découvrir une des premières prestations de Pierre Niney en rôle principal. Je dois tout de même souligner que sur mecs attentes les plus importantes, je n’ai pas été vraiment déçue : le talent de l’acteur est évident et l’immersion dans le Paris des années 80 est plutôt réussie. Cependant, j’ai trouvé que la toile de fond politique n’était qu’un prétexte afin de réaliser certaines scènes. En effet, l’élection de Mitterrand contextualisait le propos sans être approfondi. Le seul personnage a être réellement investi politiquement est Malik, personnage qui n’est que peu présent. J’ai été assez surprise de voir que la romance était très présente dans votre film, je m’attendais d’avantage à une comédie autour des maladresses et difficultés auxquelles ferait face Primo pour s’intégrer à la bourgeoisie.

J’ai ressenti une vive déception face à la tournure que prenait les évènements. J’ai trouvé les personnages antipathique. Primo m’a agacée, les seuls moments où j’ai réussi à l’apprécier sont les moments passés en la compagnie de Malik envers qui il fait preuve d’une véritable amitié. Delphine, que je trouvais être le personnage le plus touchant, a finit par me décevoir en se rapprochant du comportement de ses camarades. La prestation de Lou de Laâge avait quelque chose de Léa Seydoux qui m’a déplu, mais ceci n’est que très subjectif. Je pense que votre film à un grand potentiel dans l’idée, mais le résultat m’est malheureusement apparu comme une bande d’adolescent jouant à se faire du mal et non une romance sincère mais impossible.

Merci monsieur le réalisateur, et veuillez m’excuser d’avoir été aussi dure envers votre film mais j’ai profondément regretté qu’il ne m’enchante pas.

2

Roméo sans Juliette – Jean-Paul Nozière

Image45.png


Il m’plait pas – La demoiselle inconnue

Monsieur l’écrivain,

Je ne m’attendais pas à ça. Votre livre est une bombe à retardement. Vous avez un pouvoir incroyable pour mettre les mots à votre service et leur demander de nous tenir en haleine. Votre livre se lit très rapidement. C’est vrai que c’est assez court et qu’il y a beaucoup de dialogues qui rendent le récit vivant mais ce n’est pas ça qui m’a vraiment poussé à ne pas me détacher de votre histoire. Non, c’est cette tension palpable, ce risque de basculer à tout moment : c’est la déchéance qui se promet sans qu’on arrive à la toucher. Dès le début, on sait que c’est grave, que c’est moche et que c’est triste, que ça va arriver, mais quand ? Vous étirez le temps d’une manière à rendre votre récit à la fois grave et poétique. J’ai aimé entrer peu à peu dans les vies de Roméo et Juliette grâce aux flash-backs. En vérité, la quasi-totalité du récit est une ellipse, ce qui permet de pouvoir facilement suivre la narration qui déjà partagée entre les points de vue respectifs de Juliette et Roméo. J’ai trouvé que c’était savamment étudié, à la fois pour ne pas perdre le lecteur et à la fois pour avoir une construction étonnante basée sur des conséquences dont on ne connaît pas les actes.

Les personnages ne me sont pas apparus comme très attachants mais je les ai trouvé touchants. Finalement, je me suis assez peu investie dans le récit. Je ne sais pas si c’est à cause de la référence évidente à Shakespeare, mais je me suis retrouvée comme spectatrice de leur histoire. La tragédie est respectée mais vous lui offrez une modernité incroyable. Je ne peux que souligner le titre, qui est certes simple mais que je trouve tellement bien choisi. Les thèmes sont variés, et je ne pensais pas que ce livre aborderait l’homosexualité ou le racisme. C’est une histoire très riche, avec une pudeur dans l’écriture qui m’a beaucoup touchée.

Merci monsieur l’écrivain. Autant vous l’avouer, j’ai été triste qu’il y est eu un épilogue, cependant je vous remercie pour l’espoir que vous apportez. C’est important.

livre-au-tresor

Décroche-moi la lune – Sarah Dessen

Image12.png


Maria – Ricky Martin 

Madame l’écrivaine,

Je dois tout d’abord vous présenter mes excuses. Je ne suis pas allée au bout de votre livre. J’ai été perdue pendant un temps, ne sachant que faire face à votre livre : poursuivre ma lecture et la laisser s’enfoncer dans un mauvais sentiment ou l’abandonner et passer à autre chose ? Après une longue réflexion durant laquelle je me suis accrochée, j’ai finalement décidé de laisser de coté votre livre. Pourtant, en débutant ma lecture, je savais à quoi m’attendre. Le résumé n’est pas trompeur, il promet un triangle amoureux adolescent et une jeune fille complètement perdue. Je pensais que je me laisserais gentiment porter par cette romance et que j’en ressortirais légère, rêvant de soleil, d’été et d’amour. Finalement, tout ne s’est pas passé comme prévu. Pourtant, ma lecture commençait bien, j’ai beaucoup aimé le cadre et la petite vie au camp de vacances. L’ambiance me plaisait, les personnages étaient agréable, je m’y croyais, sirotant un verre près de la piscine. Puis Théo est arrivé et tout à capoté. Je l’ai trouvé détestable, et j’ai trouvé qu’il entrainait avec lui Emaline, pour qui je n’avais déjà pas beaucoup d’affection au départ. Les autres personnages me sont apparus comme fades, et j’ai eu du mal à m’y intéresser. Et puis surtout, c’était long. J’étais à un bon tiers du livre que j’avais toujours l’impression d’être au début. Je nageais dans les sentiments d’Emaline, et j’avais l’impression qu’elle serait toujours perdue. En vérité, vous m’en voyez désolée, mais je me sentais comme embarquée dans une histoire qui n’en finirait pas, comme lorsqu’un de vos amis vous raconte pour la dix-neuvième fois qu’il n’arrive pas à choisir entre Stacy et Clara, et vous savez qu’il va vous parler de ça pendant toute la nuit et qu’Oh malheur, il n’est que 1h37. J’ai eu cette sensation désagréable, qui m’a poussée à me spoiler copieusement pour savoir si je ne passais pas à coté de quelque chose, si un évènement n’allait pas tout changer. Mais rien n’y a fait, je n’ai pas réussi à accrocher.

J’ai voulu tester un genre dont je n’ai pas l’habitude, je ne lis que très peu de livre qui se basent seulement sur une romance. Je pense que l’absence d’action et d’évènements en parallèle m’a perdue. Peut-être que c’était un peu trop ambitieux et qu’il faudrait que je commence par lire des romances avec une action en fond, quelque chose qui me tienne en haleine et qui me pousse à vouloir savoir la fin.

Merci madame l’écrivain. Je suis profondément désolée, votre livre me faisait envie mais il n’était certainement pas fait pour moi.

requin

Roi de pique – Kat Spears

Image6.png


I don’t want to miss a thing – Aerosmith

Madame l’écrivaine,

Je pourrais reprocher à votre livre le manque d’intérêt qu’a suscitée l’intrigue pour moi. J’ai trouvé la romance plutôt banale, simple et peu intéressante. Le triangle amoureux m’a quelque peu ennuyée et je n’ai pas spécialement apprécié le personnage féminin, Bridget. Sa personnalité effacée m’est apparue comme fade. Pourtant, j’ai adoré votre livre. J’étais partagée entre ce sentiment, vous savez, lorsqu’on veut à tout prix se replonger dans un livre mais qu’un d’un autre côté, l’envie de le garder bien au chaud pour plus tard nous effleure l’esprit. Ce sentiment est un si bon signe dans l’appréciation d’un livre. Alors oui, j’ai craqué. J’ai dévoré votre livre malgré l’histoire qui ne m’intriguait pas. Et je pense que le tour de force de ce livre réside dans le personnage de Jesse. J’ai trouvé votre personnage principal parfait. Je pense qu’en vérité, dans la vraie vie, j’aurais détesté Jesse. La simplicité avec laquelle il mène la manipulation est affligeante. Il serait sûrement détestable en tout point. Mais je m’y suis terriblement attachée. C’est un personnage incroyablement intelligent, indépendant et mature. Sa sensibilité et sa fragilité m’ont touchée. J’ai été fascinée par la complexité de ce personnage. Je trouve qu’il tenait à lui seul tout le roman. Vous auriez pu développer n’importe quelle histoire autour de se personnage, je pense qu’elle aurait eu autant de force, simplement grâce au personnage principal. J’ai aussi beaucoup apprécié le petit frère de Bridget, Pete. J’ai trouvé que lui et Jesse faisait une sacré équipe. L’innocence de l’un contrastait bien avec l’expérience de l’autre. De plus, il permettait à Jesse de faire preuve d’une dimension humaine supplémentaire, une perspective déjà exploitée grâce au personnage de Joey, mais que j’ai trouvée plus frappante avec Pete.

Mon sentiment face à votre livre est réellement étrange. J’ai un avis décousu, peu construit et je ne peux pas faire autrement qu’écrire au fil des mots. Votre livre m’a vraiment fait quelque chose. Je ne peux pas dire qu’il m’a bouleversée, parce que je n’ai pas eu la gorge serrée, le cœur plein de larmes et l’estomac noué. Mais il m’a vraiment fait ressentir quelque chose. Pourtant il y a beaucoup de chose que je n’ai pas aimées. Même la fin m’a laissée perplexe. Mais Roi de pique dégage un truc, un machin, une chose inexplicable. Généralement, on annonce un coup de cœur parce que tout le livre nous a fait vibrer. Je ne peux pas l’expliquer mais, malgré les défauts, j’ai une petite voix au fond de moi qui me dit « ce livre est magnifique ». Alors même si je doute, même si je ne suis pas certaine lorsque j’y réfléchis, je peux dire que votre roman est magique. Au fond, je pense que le roman ne m’a pas bouleversée mais que Jesse l’a fait.

Merci madame l’écrivaine, de m’avoir fait ressentir tant de choses. Merci de m’avoir fait rencontrer Jesse.

coeur-ocean