Le journal d’Anne Frank – Anne Frank

Image109.png


Göttingen – Barbara

Madame l’écrivain,

Au milieu de ma lecture, je me suis aperçue à quel point cela allait être difficile d’écrire ma chronique. Tout d’abord parce que votre journal est un petit bout d’Histoire et que l’Histoire avec un grand H est impossible à juger. Et puis surtout parce que je me suis rendue compte que j’allais devoir m’adresser à vous et qu’à cette perspective, je me suis sentie incroyablement intimidée. J’ai repoussé l’échéance en me demandant si je n’allais pas opter pour un autre format, puis j’ai fini par rassembler mon courage. J’ai ressenti beaucoup d’admiration en lisant votre journal. Pour vous, mais aussi pour les gens avec qui vous avez partagé l’annexe pendant tout ce temps et vos protecteurs. Il y avait une raison d’admirer chacune de ces personnes, pour toutes les difficultés et les choses affreuses que vous avez vécues. Plus j’avançais dans ma lecture, qui fut d’ailleurs très rapide, plus je me rendais compte de la force d’esprit nécessaire pour vivre cloîtré dans la peur.

J’ai été étonnée par votre maturité et votre optimisme. Même dans votre journal, qui est pourtant le lieu de l’intime, vous n’avez jamais eu l’air désespérée. Bien-sûr, vous racontez vos peines, les différents qui ont lieu, vos agacements mais tout cela en gardant l’innocence et la fraicheur de vos treize ans. Alors oui, vous avez pu parfois paraître hautaine mais la clairvoyance qui se dégage des pages suivantes montre à quel point vous étiez consciente de vos erreurs à un âge où elles sont difficile à admettre.

Merci madame l’écrivaine, plus qu’une part d’Histoire, vous êtes un modèle.

belle-lecture-sous-les-voiles

Publicités

Le Vent de la jeunesse – Georges-Patrick Gleize

Image28.png


 Bella Ciao – Inconnu

Monsieur l’écrivain,

Cette chronique m’apparaît plus difficile à écrire car avant de vous voir comme écrivain, je vous vois d’abord comme professeur. Je connaissais déjà un peu l’histoire de ce roman puisque vous nous en aviez parlé, un jour en fin d’année où nous étions très peu, entre autres Melissa, Lydie, Mona et moi. Après que vous ayez raconté la trame du roman que vous étiez encore en train d’écrire, j’avais laissé cette histoire de côté. Et j’ai finit par vouloir savoir la suite. J’ai beaucoup aimé la situation des années 80, et comme chez vous, tout peut sonner comme une anecdote, je pouvais presque vous entendre raconter la fumé dans les locaux de la rédaction. Vraisemblablement, vous avoir eu comme professeur m’a rapproché de votre écriture. J’ai pu y reconnaître vos subtilités de langage, comme le fait de dire living par exemple, ou encore déceler votre intonation. J’ai beaucoup aimé le personnage de Flore. Son quotidien parisien m’a intéressée. Je ne pensais pas qu’Anna serait autant au centre du récit. La toile de fond de la seconde guerre m’a plu mais j’ai ressenti quelques longueurs environ à la moitié du livre. La vie au barrage me semblait morne et terne, et c’était sûrement le cas à l’époque pour la jeune Anna. J’ai apprécié les quelques retours au présent qui me permettaient de me remettre dans l’histoire. Malgré cela, j’ai été intriguée par le passé de Flore et l’envie de savoir et comprendre m’a menée jusqu’au bout.

Finalement, votre roman offre bien plus qu’une intrigue familiale. Il met en scène un choc de génération entre Flore, sa mère et sa grand-mère. Ces trois femmes ont un point commun, leur fort caractère, mais sont très différentes. Vous expliquez cela par l’histoire et ces évènements ce qui permet d’enrichir votre texte. Votre roman permet de passer un bon moment mais aussi d’en apprendre un peu plus sur chacune de ces générations.

Merci monsieur l’écrivain, pour ce roman inter-génération qui plonge dans le passé et pour cette riche année d’histoire passée à vos côtés.

belle-lecture-sous-les-voiles

Vango T1 – Timothée de Fombelle

Image10


L’Etranger – Gérald de Palmas

Monsieur l’écrivain,

Comment vous dire tout ce que votre livre m’a fait ressentir ? Vango est un livre tellement complet. J’ai aimé ce mélange d’aventure, d’enquête policière et de romance. La diversité des points de vue, la liberté que vous avez prise de changer au sein même des chapitres, les voix et les lieux m’a beaucoup intéressée. Habituellement, j’ai toujours la sournoise envie de sauter des chapitres pour savoir ce qui arrive à tel ou tel personnage, mais votre histoire est tellement bien ficelée, vos personnages sont si bien liés que jamais je n’ai eu l’envie de couper à travers champs. Tous vos personnages m’ont intéressé. Je ne pourrais pas dire lesquels j’ai préféré, tant ils m’ont semblé vrai. Vango est un jeune homme très attachant. Son passé contribue beaucoup à l’affection que j’ai pour lui et les récits de son enfance m’ont fait voyager jusqu’aux iles Éoliennes. La figure de femme forte d’Ethel (à seulement 20 ans !) m’a vraiment surprise. Je ne m’attendais pas à un tel personnage, je l’imaginais beaucoup moins autonome, beaucoup moins émancipée et je dois dire que je la préfère nettement comme vous l’avez imaginée. L’inspecteur Boulard, quant à lui, m’a beaucoup fait rire. Je l’ai trouvé attachant avec ses manières un peu gauches et maladroites. La diversité de vos personnages est incroyable, mais ce n’est pas la seule multiplicité que vous nous proposez. Lire Vango revient à faire un tour du monde. Au début de ma lecture, je me croyais même dans le Zeppelin à traverser les nuages en quête de nouveaux paysages. Les lieux sont tellement différents et on peut se retrouver d’un moment à l’autre sur une ile, en plein Paris ou encore au bord du Loch Ness. J’ai trouvé cela fabuleux et même si quelques fois, il a fallu que je jette un coup d’œil en arrière pour savoir où je me trouvais, vous m’avez offert un véritable voyage.

L’histoire m’a tout d’abord parut très floue, et je me sentais complètement désorientée. Entre Vango accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, des histoires secrètes de famille, un climat de terreur mit en place par le régime totalitaire nazi préparant la Seconde Guerre, des personnages mystérieux et des révélations étonnantes, je ne savais plus où donner de la tête. Mais il s’agit là d’une jolie réussite : en plus de nous plonger dans des sentiments similaires à ceux que peut ressentir Vango, vous arrivez brillamment à décanter petit à petit les intrigues grâce au filet bien tissé des liens entre vos personnages.

Merci monsieur l’écrivain, votre livre est un voyage dans l’espace et dans le temps.

coeur-ocean