Automne – Jan Henrik Nielsen

 

Image96.png


Octobre – Francis Cabrel

Monsieur l’écrivain,

J’ai été attirée par votre livre avec l’idée d’une dystopie axées sur des personnages plus jeunes, un point de vue dont je n’ai pas l’habitude et que vous m’avez donné envie de découvrir. Toute la première partie, en huit-clos à l’intérieur du bunker, est assez longue mais c’est un moment que j’ai apprécié avec la découverte du quotidien de Nanna et Fride. En revanche, au moment où l’action s’est déclenchée, j’ai été assez déçue. J’ai manqué de frissons et de peur pour les deux jeunes filles alors que la situation est tout de même assez inquiétante. Toutefois, la personnalité des deux petites filles m’a retenue parce que leur façon de faire face à cet évènement contraste avec ce qu’on a l’habitude de voir. Les retournements de situation sont assez bienvenus mais j’aurais aimé qu’ils aient plus d’impact et restent moins anecdotiques.

Merci monsieur l’écrivain, Fride et Nanna sont deux personnages très attachants.

petite-vague

La dernière série avant la fin du monde – Damien Maric

Image90.png


Skyfall – Adele

Monsieur le réalisateur,

Ayant rencontré Yigaël à un salon du livre l’année dernière et étant depuis en possession de La dernière BD avant la fin du monde, je me suis enfin décidée à faire ce qu’il avait conseillé, à savoir voir la web-série avant d’entreprendre la lecture. C’est ainsi que j’ai regardé les 7 épisodes à la suite, chose rendue possible par la petite longueur de ceux-ci. C’est rapide à voir et amusant. Au cours des deux premiers épisodes, j’ai été un peu perdue par la temporalité mais le tout se décante progressivement, notamment grâce à la forme cyclique. C’est une chose que j’ai beaucoup apprécié parce que cela met le spectateur dans un confort de visionnage et on peut davantage apprécier les références. De plus, je pense que 7 épisodes sont suffisant pour apprécier la mécanique sans s’en lasser.

Le nombre de références et de guests est impressionnant. Toutefois, les références sont, certes intéressantes à déceler, mais pas indispensable pour la compréhension. J’ai apprécié que l’origine des monstres principaux soit brièvement expliquée et que certaines références à la culture geek soient accessibles au plus grand nombre, avec Star Wars ou Retour vers le futur notamment. Je pense qu’il y a plusieurs niveaux de visionnage et que c’est tout de même accessible à un public assez novice comme moi, même si cela doit être beaucoup plus plaisant lorsqu’on perçoit tous les clins d’œil. Les effets spéciaux sont parfois un peu cheap, mais cela rajoute un caractère comique à la série déjà axée vers ce style.

Merci monsieur le réalisateur, vous m’avez fait passer un bon moment.

3

A la poursuite de demain – Brad Bird

Image80.png


Soundtrack Tomorrowland

Monsieur le réalisateur,

Je suis tombée vraiment par hasard sur votre film et j’étais même prête à zapper. Mais finalement, il y a eu un petit quelque chose qui m’a poussée à rester. Alors oui, votre film est peut-être naïf ou je ne sais quel défaut on peut lui trouver, mais qu’est-ce que vous m’avez amusée. J’ai été portée par l’esprit décalé de votre film. J’ai apprécié le côté science-fiction un peu gadget qu’on retrouve au début du film et qui donne lieu à certaines scènes très drôles. Cependant, malgré le côté un peu enfantin, vous faites passer un vrai message : on peut tous changer les choses. Alors certes c’est peut-être un peu bateau comme message à véhiculer mais les circonstances dans lesquelles vous le mettez en place permet de lui donner de la profondeur. A mon avis, le fond écologique est vraiment intéressant dans votre film.

Les personnages sont attachants et leurs défauts font sourire. J’ai beaucoup aimé Athena, véritable voix de la sagesse, je trouve qu’elle est parfaitement incarnée. Pour ce qui est de Casey, son fort tempérament permet de s’attacher au personnage. Elle est jeune, courageuse et débrouillarde. Sa maladresse m’a amusée mais aussi touchée, ce qui fait que je me suis facilement attachée à elle. Dans l’ensemble j’ai aimé l’univers même si j’ai trouvé que certains points auraient pu être davantage travaillés.

Merci monsieur le réalisateur, vous m’avez fait passer un très bon moment, là où je ne m’y attendais pas.

4

La 5ème vague – J. Blakeson

Image72.png


Alive – Sia

Monsieur le réalisateur,

A la fin du film, je me suis sentie dans une situation de perplexité intense. Et je dois admettre qu’encore à présent, je ne sais pas vraiment comment me positionner face à votre film. J’avais adoré le roman de Rick Yancey et forcément cette appréciation joue sur ma réception du film. Pourtant, je n’y allais pas avec des à priori, et je pense être plutôt ouverte à l’adaptation. En résumé, je ne pense pas que le livre est toujours mieux : je pense qu’il y a deux œuvres distinctes avec un travail différent et évidemment des changements opérés. Toutefois, avec votre film, c’est plus compliqué. Premièrement, j’ai été surprise de voir que le film faisait moins de deux heures. Avec 600 pages, je pense qu’il était fondamental que le film soit un peu plus long. Et effectivement, j’ai vraiment été déçue de l’adaptation. Je trouve dommage que vous survoliez simplement l’action majeure. J’imagine bien que l’adaptation est un travail difficile, mais j’ai vraiment eu du mal à apprécier l’histoire dans son ensemble. Les personnages ne sont pas ou très peu travaillés, je pense que j’aurais eu du mal à m’y attacher si je n’avais pas lu le roman, l’histoire est trop survolée et les explications s’enchainent sans qu’on est véritablement eu le temps de se poser des questions.

Malgré tout, je dois avouer que je ne peux pas détester votre film. Il y a beaucoup d’action, c’est bien une chose qu’on ne peut pas lui enlever, et même si c’est parfois trop pour pouvoir retranscrire l’ambiance mystérieuse que j’avais tant aimé dans le roman, cela permet au film d’avoir une bonne dynamique. Mais ce qui, pour moi, a fait la force de votre film, c’est le choix des acteurs. Je les ai trouvé parfaits dans leur rôle.

Merci monsieur le réalisateur. Il est indéniable qu’il manque du temps à votre film mais vous avez tout de même réussi à me l’ancrer dans la tête.

3

Rogue One – Gareth Edwards

Image66.png


Jyn Erso & Hope Suite – Michael Giacchino

Monsieur le réalisateur,

A la fin de la séance, j’ai vraiment été surprise lorsque je me suis dit que j’avais préféré Rogue One à Star Wars VII. Pourtant à mes yeux, Rogue One est beaucoup plus marketing que le septième film. Son scénario n’est pas indispensable à la saga, pour preuve, elle s’en est bien passée. Malgré tout, je dois reconnaître que vous m’avez merveilleusement fait oublier cette idée. Alors même si le film apparaît un peu comme une opportunité de combler un vide, il m’a beaucoup plu. Certaines scènes, notamment celles avec un grand angle de vue, sont à couper le souffle, les décors sont minutieusement choisis et on passe de façon fluide d’un univers à un autre, la touche d’humour est savoureuse et bon sang, ces personnages ! Je pense que si j’ai tant apprécié votre film, c’est parce que les personnages sont incroyables. Ils sont charismatiques et restent parfaitement en tête. Jyn a un caractère fort et n’hésite pas à se rebeller, Cassian a les épaules d’un leader, Bodhi m’a fait sourire à chacune de ses apparitions… Même le droïde, qui a un petit côté C-3PO, est excellent. Les personnages ont chacun une identité propre mais sont formés dans une cohérence qui donne envie de les suivre. Le film sait garder un ton humoristique lorsqu’il le faut grâce à des personnages qui sont fait pour incarner le comique mais Rogue One reste tout de même de façon constante dans l’action. Les deux heures sont bien utilisées, je n’ai pas ressenti de flottement, et j’ai trouvé que le temps accordé à chacun des personnages était bien réparti, sauf peut-être Saw pour qui la présence reste anecdotique.

Merci monsieur le réalisateur, même si je devrais vous en vouloir pour cette fin qui me laisse dans un sentiment que je ne saurais expliquer, vous avez su me convaincre avec tant de talent que je vous pardonne.

5

Hunger Games T2 – Suzanne Collins

Image26.png


Encore et encore – Francis Cabrel

Madame l’écrivaine,

Après un premier tome époustouflant, j’attendais beaucoup de la suite. J’ai reproché à ce second tome la lenteur avec laquelle il a commencé. J’ai trouvé que la première partie s’attardait sur des détails déjà appris dans le premier opus. J’ai pensé que c’était surement pour replonger le lecteur dans Panem après un an d’attente cependant, je pense que l’univers est tellement riche et que le premier tome le dépeint déjà si bien qu’il n’était peut-être pas nécessaire de préciser à nouveau certaines choses. J’ai trouvé votre livre très contrasté avec une mise en place lente et des évènements par la suite très condensés. J’ai beaucoup plus ressenti le temps que lors du premier tome. J’ai été un peu déçue que la troisième partie soit si courte, comme s’il fallait rattraper le temps perdu. Toutefois, bien que ce contraste m’est dérangée, avec le recul, je le trouve en accord avec les émotions de Katniss, et malgré que cela m’est dérangée, cela ne m’a pas empêchée d’apprécier ma lecture.

Dans ma chronique sur le premier tome, je disais ne pas avoir toujours compris le personnage principal. J’ai également ressenti ça dans ce deuxième tome mais j’ai eu l’impression que ce sentiment avait été décuplé. Je concevais son point de vue, mais je la sentais tellement perdue que j’avais peur de me perdre aussi à force de l’écouter. Le point de vue interne a encore une fois réussi à me projeter au plus profond du roman. J’ai apprécié que le personnage de Gale soit plus développé et plus présent, cela m’a permise d’une part de comprendre un peu mieux les questionnements de Katniss et d’apprécier ce personnage loyal et courageux. J’ai été surprise par les nombreux retournements auxquels je ne m’attendais absolument pas.

Merci madame l’écrivain, malgré ses quelques défauts, ce second tome m’a promit un beau final.

belle-lecture-sous-les-voiles

Star Wars VII – J. J. Abrams

Image1.png


Rey’s Theme – John Williams

Monsieur le réalisateur,

C’est avec un avis très mitigé que je me suis rendue au cinéma voir votre film. J’avais peur de trop attendre d’un film qui m’avait marquée lors de mon enfance. Parce que oui, Star Wars a marqué plusieurs générations et c’est ce qui augmente la difficulté de recréer autour de lui un engouement si sensationnel. Alors oui, j’avais peur que vous gâchiez un peu tous les souvenirs que j’avais de Luke Skywalker, Dark Vador et maître Yoda. Cependant, j’avais très envie de voir moi aussi. Voir ce que vous, vous aviez gardé de cette saga et ce que vous aviez décidé d’en faire. Je dois dire que rester sur ses a priori n’est pas bon. J’ai bien fait d’écouter la petite voix curieuse qui m’a poussée à voir Star Wars VII. Simplement découvrir le défilement les lettres jaunes si connues en trois dimensions était déjà magique. Parce que cela voulait dire simplement que tout recommençait. J’ai trouvé le travail de la 3D très réussi. Je ne voulais pas voir le film en 3D parce que cela me donne mal à la tête. Je peux vous dire que je ne regrette pas d’avoir eu mal à la tête ce soir-là. Cela en valait tout simplement la peine. Voir les vaisseaux me passer à côté en m’effleurant presque les oreilles était une expérience vraiment intéressante. Vous avez réussi à me plonger dans le film. L’action est très prenante dès le début et les plans sont choisis pour vous donner l’impression de faire partie du décor. Les décors et costumes sont d’ailleurs magnifiques et reprennent bien l’esthétique de l’univers de Georges Lucas. Je suis peut-être un peu triste de ne pas retrouver les jolis macarons de Leïa qui arbore une coiffure plus sage. Ce changement est toutefois en accord avec l’avancé des personnages qui ont pris de l’âge.

J’ai d’ailleurs été heureuse de retrouver tous les personnages forts. Je trouve que les reprendre et poser sur des bases solides une nouvelle quête est bien plus judicieux que de ne faire reposer l’histoire que sur un univers déjà établi. Certains déplorent la tournure cyclique que prennent les événements. Certes, je l’ai notée. Mais je ne pense pas qu’elle soit à blâmer. En effet, cette forme nous permet de nous y retrouver et la nouveauté repose essentiellement sur les nouveaux acteurs et ce qu’ils ont à apporter. De plus, cela permet une amorce aux prochains épisodes. Il ne faut pas oublier que l’action se passe trente ans plus tard, il faut donc réenclencher des mécanismes essentiels. Les acteurs nouveaux acteurs principaux m’ont globalement convaincue. J’ai trouvé Rey et Finn parfait dans leur rôle. Je me suis rapidement attachée à Finn à cause de son côté un peu maladroit et le caractère fort de Rey m’a séduite au fur et à mesure que j’en apprenais plus sur elle. Vous avez réussi à retravailler le coté attachant des robots avec BB-8. J’ai un avis plus mitigé sur Kylo Ren. Je n’ai pas trouvé qu’il avait la carrure d’un grand méchant. Je l’ai même trouvé presque attachant. J’ai bien dit presque. Vous savez. Cependant, en y réfléchissant un peu, je me dis que cette hésitation qu’il dégage peut rester cohérente. Son histoire peut expliquer ses faiblesses et j’attends de voir l’évolution de ce personnage avec impatience.

Merci monsieur le réalisateur. Vous n’avez pas brisé mes rêves d’enfant. Vous les avez renforcés.

5